F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
Accident de plongeoir ou de toboggan aquatique
Accident de plongeoir ou de toboggan aquatique :
on ne sort pas directement la victime de l’eau
ON IMMERGE LA CIVIERE
cet exercice, peu courant, demande d’avoir été répété
au moment de la révision des secours prévue dans le POSS.

----------------------------------
Tétraplégiques après un plongeon
Le Professeur Jean-Charles Le Huec et le Professeur Jean-Marc Vital du CHU de Bordeaux tiraient la sonnette d’alarme déjà  en septembre 2009

Ils vennait de prendre en charge un nombre record de patients victimes d’un traumatisme cervical grave suite à un mauvais plongeon : 21 depuis le début de l’été (sept personnes rien que pendant le week-end du 15 Août dont trois sont tétraplégiques).
La plupart des patients sont jeunes (- de 40 ans).
    La cause : l’imprudence ou l’inconscience des gens en été qui plongent sans avoir évalué la profondeur de l’eau que ce soit dans une piscine, au bord de l’eau, (note de Surf Prevention : ou encore en fin de vague en surf). Comme le montre la vidéo YouTube ci-jointe, les accidents de plongeon n’arrivent pas qu’aux plongeurs professionnels…
    Certains accidents surviennent pendant des soirées arrosées car l’alcool peut entraîner une altération du discernement des dangers. Et c’est là que la fête tourne au drame…
    La prévention : plutôt que de plonger la tête la première, il vaut mieux sauter avec les pieds en avant.
Cet été là en 2009, sur les 21 personnes hospitalisées en urgence, 5 garderont des séquelles neurologiques définitives et risquent de passer leur vie sur un fauteuil roulant, pour dire les choses crûment.
    Lehena, 20 ans, a fait la mauvaise expérience de ce type d’accident le 6 Août 2009 à Agen après un plongeon dans une piscine où sa tête a heurté le fond. Elle a eu très mal au cou mais arrivait à bouger les bras et les jambes sans problème.
Après un premier examen médical en clinique, elle a d’abord été renvoyée à son domicile avec une minerve avant d’être réadmise aux Urgences pour des examens complémentaires.
    Il a fallu un scanner cervical pour diagnostiquer une entorse des 5e et 6e vertèbres cervicales et une fracture de la 7e.
    Les radiographies simples du rachis cervical à la phase initiale ne suffisent pas toujours pour établir le diagnostic de fracture et/ou d’entorse cervicale.
    On peut marcher sur ses 2 jambes avec une fracture non déplacée d’une vertèbre cervicale. Le risque : le déplacement ultérieur de la fracture et la compression de la moelle épinière à l’origine d’une paralysie définitive. Conseils aux médecins urgentistes ou généralistes qui sont amenés à prendre en charge des patients victimes de ce genre d’accident : faire lire les clichés radiographiques par un radiologue chevronné et réaliser un scanner cervical au moindre doute devant un accident de plongeon dans une vague ou dans une piscine avec traumatisme cervical +/- crânien.
    Lehena a été transférée en urgence au CHU de Bordeaux dans le service du professeur Jean-Charles Le Huec où elle a été opérée à temps.
    Une règle simple aurait permis d’éviter ce grave accident dont elle s’est miraculeusement sortie indemne : « sautez les pieds en avant ! » FIN