F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
POSS, répétitions de sauvetage et formalités
POSS, répétitions de sauvetage et formalités
M.Y ETAPS
QUESTION :
La simulation d’accident à faire, qui est indiquée dans le P.O.S.S., doit-on faire également appel aux pompiers chaque fois et faire la simulation jusqu’à la prise en charge de la victime ? Pouvons-nous faire des répétitions entre nous sans avoir besoin de les appeler ?  Dans tous les cas, nous devrons noter sur la main courante, par écrit, le jour de la répétition qui servira de preuve. Cela suffit-il ?

REPONSE de notre FMNS :
Le POSS et les répétitions sont régis par l’arrêté du 16 juin 1998, (voir texte dans la brochure jaune de notre FMNS « Surveillance Balisage et organisation des secours sur les baignades » pages 7 à 9). Ce texte a été repris dans le code du sport article A 322.12 et suivants (Brochure jaune FMNS «Réglementation des piscines...» page 9 et 12).
    Quant aux répétitions de sauvetage, il vaut mieux ouvrir un registre et faire dater et signer TOUS les participants, y compris les employés des vestiaires, car si on en oublie un qui est en congé, il aura vite fait de dire après un accident qu’il était absent aux répétions. On peut faire une répétition de temps en temps avec les pompiers, mais surtout en faire une chaque fois qu’un collègue nouveau entre dans l’équipe. Il vaut mieux faire une répétition au minimum tous les 3 mois, on ne peut appeler les pompiers chaque fois, mais au moins une fois par an. Il n’y a aucune fréquence règlementée dans l’arrêté du 16.6.1998. Le répétition de noyade doit se faire en la chronométrant et en discutant après entre collègues et responsables pour restreindre la durée : l’appareil d’oxygène est au pied de la chaise du MNS, on place une personne réelle dans l’eau et on chronomètre à partir du moment où le signal est donné (moment où le noyé est aperçu) jusqu’au moment où la 1ère insufflation réelle avec l’appareil d’Oxygène est réussie. On définit qui apporte l’appareil à la sortie du noyé MAIS SURTOUT ON NE FAIT PAS EVACUER LES BAIGNEURS.
LES MNS ou BNSSA ONT D’AUTRES CHOSES A FAIRE DE PLUS URGENT. LE OU LES 2 SAUVETEURS NE QUITTENT SURTOUT PAS LE NOYE POUR QUELQUE MOTIF QUE CE SOIT.

Dans un hôpital ou sur une plage, on n’évacue pas l’hôpital ou la plage à chaque ranimation (voir l’article «L’urgence oblige parfois de faire ce qui est interdit dans les limites de l’indispensable (revue «Réglementation des piscines..» page 23).
    Aller aux WC est une urgence qui permet d’abandonner son poste quand on est seul. Fin