F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
MNS BEESAN BPJEPS-AAN employés comme "opérateurs des APS"

MNS, BEESAN, BPJEPS-AAN
employés comme «opérateurs des APS»
début de carrière à 1 177 euros nets :
un trou noir dont il faut essayer de sortir

HISTORIQUE :
Jusqu’au 1er avril 1992 les MNS et BEESAN posaient leur candidature auprès des mairies, ils étaient recrutés «sur titre» (en présentant leurs brevets et leur expérience). La crise économique est passée sur la FPT (fonction publique territoriale - mairies) et les maires de droite et de gauche se sont retrouvés, quand un emploi était libre jusqu’à 50 candidats pour une place (notamment les postes d’employées de bureau). Résultat : lorsque le maire recrutait 1 candidat sur 50, il se mettait à dos 49 familles. Quand l’opération se reproduisait plusieurs fois dans l’année, l’élu, qu’il soit de gauche ou de droite, perdait les élections. Donc tous les députés et sénateurs se plaignaient de ces recrutements. Le ministère de la fonction publique a donc créé les «filières», dont la «filière sportive». Le but était relativement simple : faire sélectionner par un service préfectoral et non plus par les maires. Les concours ETAPS, comme les autres concours de la FPT, n’ont donc amené aucune amélioration des compétences, puisque les candidats avaient tous leur(s) brevet(s) d’Etat. Les CREPS et UFR-STAPS et le CNFPT ont tous complètement «dérapé» pour préparer les candidats à ces concours.
Trois grades ont été créés :
--  opérateur des APS : niveau BEPC
-- éducateur des APS : niveau BAC
-- conseiller des APS niveau Bac +2 à licence.
Les opérateurs pouvaient, dans certains cas encore, être recrutés sur titre ou avec un concours bien plus facile. Les CNFPT étaient chargés de l’organisation de ces concours, qui devaient être créés en fonction des déclarations d’ouverture de postes par les mairies. Or, à l’usage, le déroulement ne s’est pas passé comme prévu. Les mairies ont recruté comme elles ont pu et souvent des opérateurs ou des éducateurs auxiliaires (CDD à répétition). Rapidement le manque de concours ETAPS a affecté toute la profession. Tandis que bon nombre de mairies ne voulant pas se séparer de leurs opérateurs ou de leurs auxiliaires, qu’elles payaient moins cher, n’ont pas fait de déclaration d’ouverture de poste. Donc le CNFPT n’a pas créé beaucoup de concours et une main d’oeuvre abondante s’est accumulée en situation très précaire pendant parfois plus d’une dizaine d’années.
Les lois dites «Sarkozy» ont tenté avant les élections de calmer les électeurs et des mesures d’intégrations ont été destinées aux agents qui avaient 6 ans d’ancienneté dans le même poste avec le même employeur. Une partie de la précarité a été liquidée, mais beaucoup d’opérateurs sont restés sur la touche. Jusqu’à ce que le ministère de l’Education Nationale ayant peur que ces agents, qui n’avaient pas le cadre d’emploi d’éducateur, mettent en difficultés tout le monde en cas d’accident en scolaire. L’Education Nationale a donc limité les agréments en natation scolaire aux opérateurs ayant été recrutés avant le 1er avril 1992, «afin qu’ils gardent leurs droits». Les autres sont réduits à des surveillants avec une paie tout près du SMIG.
Au moment du recrutement il paraissait plus tentant d’être rapidement opérateur titulaire (CDI), qu’éducateur auxiliaire (CDD), mais à l’usage cette situation s’est transformée en cul de sac.

Que va faire notre FMNS, AVEC VOUS ?
Comme pour le BPJEPS-AA, nous avions demandé à TOUS nos adhérents d’adresser une lettre à leur député. Lettre qui avait été rédigée par notre FMNS. De là nous avions provoqué 60 interventions de députés à l’Assemblée Nationale : le BPJEPS-AA a été supprimé et on a réuni de nouveau l’enseignant et le surveillant-sauveteur avec le BPJEPS AAN. Nous avions sauvé au moins les meubles !
Aujourd’hui donc, il ne s’agit pas de faire la publicité pour telle ou telle fédération.

Il s’agit de s’unir au sein et en dehors de notre FMNS pour une action commune.
Que demandons nous ?
Que les opérateurs, qui ont une certaine ancienneté, ou dès qu’ils l’obtiennent, en assurant les fonctions de MNS, soient INTEGRES d’OFFICE dans le cadre d’éducateur des APS.

    Nous vous proposons de participer à cette action, y compris si elle ne vous touche pas, en appelant nos collègues hors FMNS, au moins par solidarité; NOTRE FMNS adressera à chacun CHEZ LUI une lettre à envoyer à 2 députés et d’en faire profiter vos collègues. iL n’y aura plus qu’à signer et envoyer. Si CHACUN juge nécessaire, de les  modifier, il pourra le faire. Nous vous demandons donc les adresses PERSONNELLES et non professionnelles de collègues HORS FMNS. Pour ces MNS, BEESAN, BPJEPS AAN il en va de leur survie dans notre branche.
    Cordialement. Le secrétaire général J.M.Lapoux

--------------------------------------------------------------------------------------------------

A retourner FMNS 11, rue Henri Barbusse 33110 Le Bouscat
Personnes HORS FMNS souhaitant participer sans engagement à l’action pour l’intégration des opérateurs dans le cadre d’éducateur

Noms, prénoms, adresses postales, mails des DOMICILES : on peut employer aussi une autre feuille
..........................................................................................................................................................................
.........................................................................................................................................................................
.............................................................................................................................................................................
..........................................................................................................................................................................