F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 10 (MNS) du 21.2.2017

«La lettre du mardi de notre FMNS» n°10

du 21.2.2017 envoyée le 21.2.2017

Edition MNS, (BEESAN, BPJEPS-AAN, stagiaires)

DANS et HORS de notre FMNS

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ou saisonnière.

  ---------------------------------------------------

Leçons de natation et aquagym :

RSI : 11 ans d’incompétence et la haine monte encore !     

Tiens, ça y est : les journalistes semblent s’éveiller au fait que les indépendants en ont plus qu’assez de leur régime d’assurance sociale, le RSI. Peut-être est-ce la proximité des élections ? Peut-être est-ce la grogne, jusqu’à présent diffuse, qui commence à cristalliser ?                 

             Certains candidats ont indiqué leur intention de supprimer ce régime.

                        -- Benoit Hamon évoque sa disparition au profit d’un « statut social unique de l’actif », terme un peu vague qui couvrirait aussi bien le salarié que l’indépendant.

                        -- Marine Le Pen envisage de, je cite, « le remettre sérieusement à plat » là où une dissolution pure et simple serait probablement plus efficace.

                        -- François Fillon voudrait semble-t-il le remplacer par une « Caisse de protection des indépendants », ce qui a un parfum de redite et ne respire guère l’efficacité.

                        -- Emmanuel Macron a, lui aussi, évoqué la question dans son style inimitable où de grands moulinets chaleureux viennent brasser tendrement une grosse bouffée d’air tiède.

Notre prochain président décidera-t-il d’une vraie remise à plat de ce véritable scandale ? Allez savoir. En tout cas, la France commence à en avoir plus qu’assez d’un régime qui devient de plus en plus prohibitif, qui assure de plus en plus mal et qui a le toupet de harceler ses assurés avec l’obstination bornée que seule peut déployer une administration confie dans son monopole et ses habitudes.

                        Selon le troisième baromètre réalisé par le syndicat  des indépendants :  76% d’entre eux ne sont pas satisfaits du RSI et 94% estiment que sa mise en place en 2008 n’a pas constitué une avancée pour leur protection sociale. «C’est  une véritable catastrophe industrielle » (ce sont les mots de la Cour des comptes en 2012) touchant plus de six millions d’indépendants en France. Cette institution est calamiteuse, on ne parvient toujours pas à s’en débarrasser. Cependant, après des années pendant lesquelles les autorités, avec l’autisme compact qui les caractérisent, n’ont absolument rien fait, on assiste à présent à des mouvements de haine de plus en plus marqués de la part des assurés eux-mêmes. Il faut dire que beaucoup d’entre eux, poussés à bout par ce mammouth bureaucratique destructeur d’emploi, ont pu consacrer cette partie de l’énergie auparavant nécessaire à développer leur activité, à rentrer dans le lard de l’imposant pachyderme ravageur.

Ce n’est plus quelques mécontents qui claquent la porte, ce sont des centaines de milliers d’indépendants qui fuient le navire en perdition.Il y a de quoi. Entre les appels de cotisations farfelus, qui changent d’une fois à l’autre sans qu’on puisse expliquer exactement pourquoi, la gestion calamiteuse des usagers (dont 35,6% estiment que les services du RSI sont injoignables) ou de leurs dossiers qui se font balader d’un service à un autre, les innombrables problèmes informatiques aussi impromptus que commodes pour expliquer les erreurs accumulées, le régime est devenu un véritable cauchemar pour une proportion croissante d’affiliés.

                        Cette institution a augmenté ses cadres (sans les autres employés) de 13% en 2016.

 On s’étonnera en effet qu’un régime qui surponctionne à droite et à gauche puisse se permettre ces largesses pour ses cadres. Ce régime s’enfonce dans le n’importe quoi vibrant d’incompétence. et en arrive à provoquer la haine. Mais après tout, tant que les fonds coulent à flot, il serait dommage de ne pas profiter, de l’argent des autres, n’est-ce pas ? Soyez certains que les entrepreneurs et indépendants qui paient pour ce bastringue continueront de recevoir leurs factures (et parfois, en plusieurs exemplaires, avec variation des montants et des explications), pendant que d’autres continueront à se battre pour obtenir leur dû lorsqu’ils tombent malade.

                        En parallèle, les candidats à la présidentielle ont, semble-t-il, pris la mesure du malaise qui règne. Pour le moment, les solutions qu’ils préconisent ressemblent à des bricolages ou des impasses. Ce problème traîne depuis plus de dix ans – (la création du monstre remonte à décembre 2005).

                        À ce rythme, dans dix ans, ce problème sera presque résolu ! H. Seize Hashtable n

---------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nos lecteurs nous écrivent au sujet des :HAMMAMS :

surveillance et obligations sur le bassin et espaces détente.

Fréquentation par les pompiers, militaires ou kinés hors heures d’ouverture.

Valérie COUDURIER BEESAN Lanslebourg (Savoie)

QUESTION : J’ai en charge la surveillance et la sécurité d’une partie d’un établissement privé comprenant bassin de natation, espace détente, sauna.

1°/ Quelles sont vos recommandations lorsque la piscine comprend un espace détente avec sauna et hammam ? 2°/ Affichage et recommandations ? 3°/Pompiers et groupements professionnels  :

les pompiers souhaitent venir s’entrainer le matin, lorsque la piscine est fermée. Quelles sont les précautions à prendre ?  4°/ Que devons nous mentionner sur la convention? 5°/ Kinésithérapeute :

Le kiné veut également profiter de la piscine pour faire de la rééducation, en matinée également lorsque la piscine est fermée (il n’y a que le technicien). Que doit on préciser dans la convention ?

REPONSE de notre FMNS :

1°/ Hammam+ sauna+ espace détente :

«TOUTE» la surface de la piscine doit être surveillée de façon «CONSTANTE» par un MNS ou BEESAN ou BPJEPS AAN (ou éqauivalence).

Le hammam et sauna doivent être suivis régulièrement, mais ne demandent pas une surveillance « constante »

(voir accident mortel piscine  hammam Royan). Lorsqu’on demande à un MNS de quitter la surveillance de sa piscine pour s’occuper, à certains moments du hammam, cela pose des problèmes très graves après une noyade ou un accident grave . Il faut donc prévoir des panneaux ou(et) des fermetures pour empêcher l’accès du bassin à certains moments pour ne pas avoir l’obligation de le surveiller avec trop peu de monde, ce qui serait ruineux pour un organisme privé.

2°/ Affiches et avertissements :

Il y a nos affiches gratuites « Apnées interdites - garde des enfants - épileptiques » et autres recommandations qui sont envoyées gratuitement par notre FMNS. Nous vous en envoyons quatre.

3°/ Accès pompiers, militaires... hors heures d’ouverture :

            Vous devez exiger ou un MNS ou un BNSSA à jour de toutes ses révisions

--    BNSSA ET DERNIERE REVISION

+ PSE1 OU PSE2 ET REVISION

RECLAMEZ COPIES DES BREVETS que vous archivez avec la convention,

Il faudra penser à exiger les révisions en temps voulu y compris des pompiers

Et chaque fois que se présente un nouveau.

4°/ Accès kiné pour ses «cours de rééducation» :

Obligation de fournir et de rémunérer un BNSSA ou un MNS. Nous vous envoyons demain la lettre de « L’ordre des kinésithérapeutes »

qui leur demande  de prendre un BNSSA ou MNS pendant leurs cours pour la surveillance, mais en aucun cas ils doivent être seuls sur la piscine avec leurs clients

            Vous devez aussi voir avec ce BNSSA ou ce MNS les appareils de ranimation propres à votre piscine et les systèmes d’alerte (téléphone etc).

5°/ Mentions contrats :

-- Il faut bien faire préciser dans le contrat PAR ECRIT quelle rééducation, pour qu’il n’empiète pas sur le

«  sport sur ordonnance » alors que les MNS sont habilités à faire maintenant, voir notre « Lettre du Mardi » du 17.1.2017.

-- Il faut bien préciser sur la convention qu’il n’y aura pas de propriété commerciale.

-- Lorsque le kiné fait ses cours en piscine ils doivent au moins être surveillés par un BNSSA ou MNS.

-- Les conditions d’alertes et de secours doivent être précisées par écrit;, en définissant : qui fait quoi ?

Il ne faut jamais oublier que nous en sommes à 4 morts en aquagym. (sport qui à l’air sans danger).

Attention vous êtes sur un terrain glissant ! FIN