F.M.N.S
Tél. 05.57.19.18.60 - Fax 05.57.19.18.62
La Lettre du Mardi n° 29 du 11.7.2017

« La Lettre du Mardi de notre FMNS»  n°29 du 11.7.2017

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ou saisonnière.

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

nouveau tél : 05 24 61 44 81 —

e-mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir ; Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir '; document.write( '' ); document.write( addy_text97883 ); document.write( '<\/a>' ); //-->\n Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

------------------------------

n MISE EN GARDE POUR LES BNSSA

Nous avons diffusé sur la dernière «Lettre du Mardi de notre FMNS» n°28 du 4 juillet la réglementation des nouveaux agréments en natation scolaire, qui sont supposés intéresser les BNSSA mais en tirant tous les salaires vers le SMIC,-- mais  attention :  

les nouveaux agréments en natation scolaire sont aussi un piège pour les BNSSA. Ils n’ouvrent aucune carrière mais des années de précarité au SMIC en CDD :

          Dans un premier temps les BNSSA peuvent penser que la possibilité d’être agréé en natation scolaire leur ouvre la porte des piscines en dehors des saisons, pour avoir un emploi plus stable. Mais en regardant un peu mieux, on constate que les BNSSA sont classés «opérateurs des APS» et commencent leur carrière à 1 183 euros nets par mois et il n’est pas question d’être logé comme  en saison. L’évolution dans la fonction communale est aux alentours de 15 euros par an. Les concours ETAPS ne leur sont pas ouverts avec le BNSSA. Le BPJEPS--AAN est toujours aussi cher (5 000 euros de formation environ + 5 000 euros de logement déplacements pendant une année). En résumé ces BNSSA vont se retrouver avec la paie des agents d’entretien. Ils ne manqueront pas de se démotiver rapidement en n’ayant aucun avenir. Au bout de quelques années perdues, ils seront contraints à changer de métier (ce que nous voyons actuellement) et à aller faire un autre stage dans une autre branche.

Ce que réclame depuis des années notre FMNS :

on ne peut demeurer avec un manque chronique de MNS saisonniers, en empêchant ainsi des milliers d’enfants d’apprendre à nager.

Il faut rendre plus accessible, bien plus court et bien moins cher, l’accès à la profession de MNS, sans quoi nous n’existerons plus.

Il faut un examen de MNS saisonnier que l’on prépare pendant les vacances de Noël et Mardi Gras

Il faut un examen de MNS professionnel qui prépare en même temps au concours ETAPS.  

------------------

n Source : «76 actu» le 5.7.2017

PISCINES : VERT MARINE et ses dirigeants lourdement condamnés pour des pratiques douteuses , ils ont fait appel.

            Les dirigeants de la société Vert Marine de Mont-Saint-Aignan, près de Rouen, et leur société ont été reconnus coupables de « favoritisme » et « recel de favoritisme », le mercredi 5 juillet 2017 par le tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime).

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Note FMNS : la société Vert Marine est délégataire de service public et gère des piscines municipales. Bon nombre de nos collègues ont eu des «difficultés» avec ces dirigeants qui, lors de l’audience après la noyade mortelle piscine des Herbiers (85) se vantaient devant le tribunal correctionnel de La Roche sur Yon «d’avoir licencié 21 MNS en deux ans».

Notre FMNS ne diffusait plus leurs offres d’emploi depuis des années, mais a défendu plusieurs collègues licenciés devant les conseils de prud’hommes.

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Thierry Chaix et Jean-Pascal Gleizes ont été condamnés à

18 mois de prison avec sursis

et 200 000 euros d’amende chacun,

assortis d’une interdiction de gérer une entreprise durant deux ans.

Le patron d’Ameco, entreprise spécialisée dans le conseil aux collectivités basée à Évreux (Eure), Mickael Pasek, a également été condamné à un an de prison avec sursis et à une amende de 30 000 euros.

            Les sociétés Ameco et Vert Marine ont également été condamnées respectivement à 20 000 et 200 000 euros d’amende. Deux autres prévenus, originaires des Yvelines et des Hauts-de-Seine, ont été condamnés à 5 000 et 8 000 euros d’amende.

Accès à des informations privilégiées

            Vert Marine était soupçonnée d’avoir eu accès à des informations confidentielles et privilégiées, livrées par Ameco, afin d’optimiser ses dossiers, et de se retrouver en position de favori dans l’attribution des délégations de service public (DSP).

Plusieurs marchés ont ainsi été obtenus de manière frauduleuse, entre 2007 et 2012.

            Partie civile dans ce dossier, « la commune de Mont-Saint-Aignan a toujours estimé que la procédure devait être régulière et prend acte de la décision du tribunal de conclure à l’irrégularité de pratiques dont elle a découvert l’existence », a déclaré Me Arnaud de Saint-Rémy, avocat de la Ville de Mont-Saint-Aignan, à l’issue de cette décision.

Dans un communiqué de presse, Vert Marine a fait savoir que la société a fait appel de cette décision.

« Cet appel est suspensif et Vert Marine continue d’assurer ses missions (…) Elle continue à gérer ses établissements, répond et répondra aux appels d’offre », précise le communiqué. Dans cette affaire, Thierry Chaix et Jean-Pascal Gleizes dénoncent « une justice sourde et aveugle ». La société Ameco a également fait appel de cette décision.FIN