F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 36 du 29.8.2017

« La Lettre du Mardi de notre FMNS» 

36 du 29.8.2017

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ou saisonnière.

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

nouveau tél : 05 24 61 44 81 — mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

--------------------------

** Attention à ces engins de mort mis sur le marché : les «bouées cou pour bébés»

Plusieurs sociétés ont mis en vente ces bouées très dangereuses notamment sur internet.
Principal vendeur le site C Discount filiale de Casino.

Notre FMNS a touché cette société ces derniers jours. Nous avons fait appel à la Direction générale de la Concurrence et des Prix. Nous vous recommandons fortement de les interdire et d’inciter les personnes qui se sont fait gruger à aller se faire rembourser. Nous faisons tout notre possible pour les faire retirer officiellement du marché. Plusieurs pays l’ont déjà fait.

          Le bébé est gêné dans sa respiration, alors qu’en natation tout doit être fait pour la faciliter, mais surtout si le menton glisse sur le caoutchouc mouillé, le bébé qui ne serait pas aperçu immédiatement se noie sous la bouée.

          Par le passé des «bouées sièges» avaient été interdites. Certains jeunes enfants, pris dans une culotte solidaire avec la bouée ronde, se retournaient et se noyaient, la tête en bas. Le fabricant les a ressorties quelques années après en élargissant la surface de la bouée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

** Piscine de Saint Chinian (Hérault) août 2017

on  s’y baigne en payant l’entrée et un verre obligatoire sans MNS et sans BNSSA. Cette jeunesse et sports a été encore une fois « inactive » !

Il y a quelques mois le maire de cette commune de 1800 habitants a estimé que le déficit de sa piscine, pourtant ouverte uniquement en saison, était trop lourd (31 000 euros). Il a donc proposé son bassin à la Communauté de Communes du secteur pour un euro symbolique. Cette Com de Com a refusé. Il s’est alors tourné vers le privé pour la vendre et en a obtenu 8 000 euros d’un restaurateur mais avec un cahier des charges qui impose une «gestion piscine». Le restaurateur a rapidement congédié la BEESAN Mlle Muriel MONICI (assurée FNMNS) et a ouvert sans MNS, ni BNSSA mais en affichant toujours le brevet de Mlle MONICI. Cette dernière a été éliminée et n’ose plus reparaître menacée de coups et insultée sur internet. Il réclame actuellement la somme de 5 euros (2,5 euros d’entrée + 2,5 euros de consommation obligatoire). Ce restaurateur a estimé presque tout l’été que sa piscine n’est plus d’accès payant mais «piscine de restaurant». Jusqu’à maintenant un agent de la direction jeunesse et sports de l’Hérault est allé s’y promener et s’est fait vider par le patron. Pas de réaction avec la gendarmerie. Manifestement cette jeunesse et sports ne fait pas  respecter la loi et doit être toujours «en sommeil». Notre collègue BEESAN (adhérente à la FNMNS - mal défendue - a perdu son poste). Elle a déposé plainte en diffamations en se prenant un avocat. Cette piscine fonctionne toujours avec le brevet affiché à l’entrée de cette collègue manifestement mal défendue. Espérons qu’un enfant ne paiera pas de sa vie les carences de ce drôle de « syndicat » et ces représentants de l’Etat à Montpellier.

Autre affaire semblable toujours dans l’Hérault : en 2014 cette administration avait laissé surveiller et enseigner pendant 8 ans un individu : Alain JACQUET avec un faux brevet de BEESAN et carte professionnelle vendue par la FNMNS. Son dernier poste, dont notre FMNS l’a fait sortir par la gendarmerie, était à la piscine du camping «Le Galet» à Marseillan. Ces Directions Jeunesse et Sports de Montpellier et la FNMNS affirmaient «tout ignorer» pendant 8 ans. Un dépôt de plainte a été déposé contre JACQUET par notre FMNS et enfin par cette DRJS. Le secrétaire général de la FNMNS, J.Claude SCHWARTZ informé, par nos soins et pièces communiquées, n’a pas bougé... Fin