F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 92 du 20.11.2018

« La Lettre du Mardi de notre FMNS» 

n° 92 du 20.11.2018

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ou saisonnière.

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT (près Bordeaux)

nouveau numéro tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

-----------------------

Toute personne hors FMNS peut s’inscrire gratuitement à notre «La Lettre du Mardi» par mail.

            Il lui suffit de nous communiquer son nom, prénoms, adresse postale et mail personnels.

            Par contre, hors FMNS,  nous n’avons pas les moyens d’assurer un bureau de renseignements ou une défense après une noyade, un accident ou un conflit du travail.

-------------------------

n Macron détruit les représentations du personnel dans toutes les entreprises pour créer une instance unique le CSE ( Comité Social Economique ).

Il détruit :

-- les délégués du personnel

-- le Comité d’entreprise

-- le Comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail

et les remplace par une instance unique le CSE (Comité Social Economique).

            Conditions et formalités pour en faire partie, présenté(e) par notre notre FMNS. ( voir revue professionnelle "Enseigner et Sauver" support papier n°331).

n CONGÉS ANNUELS  des fonctionnaires d’Etat et territoriaux (mairies)

Report maximum en cas de congés maladie

4 semaines pendant 15 mois (voir revue 331 p. 7)

n Devoir de réserve, discrétion et secret professionnels (voir revue 331 p. 11)

n Bassin du Havre le 7 novembre 2018

Secouru de la noyade, il agresse son sauveteur !

La police est appelée pour secourir un homme en train de se noyer.

Une fois dans l'eau, un des agents est alors agressé par cet individu.

n CHATELLERAULT (Vienne)

 Les MNS en grève, on veut leur supprimer leurs primes

            Ce Centre Aquatique était géré par une association. Cet employeur a décidé d’intégrer sa gestion à la fonction publique territoriale. Les agents auraient du bénéficier d’un «CDI de la Fonction publique» et être reclassés en respectant leurs salaires d’origine.

            Au lieu de ça, on leur a compensé une partie du salaire par des «primes»

            Aujourd’hui où le ministre de la fonction publique veut supprimer presque toutes les primes au profit du RIFSEEP au 1er janvier 2019, ces agents se voient le salaire bloqué pendant 20 ans.

            Ils auraient été mieux conseillés par une fédération compétente, ils n’auraient jamais accepté de transformer une partie de leur salaire d’origine en «primes» (voir la nouvelle réglementation du RIFSEEP sur la revue papier Enseigner et Sauver.

n NATATION SCOLAIRE : beaucoup de difficultés et d’irrégularités avec

des parents agréés, bénévoles, généreux... mais difficile de compter sur eux sur la longueur... revue 331 p.21 n