F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 100 du 15.1.2019

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

nouveau tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

"La Lettre du Mardi de notre FMNS» 

n° 100 du 15.1.2019

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ou saisonnière.

Toute personne hors FMNS peut s’inscrire gratuitement à notre «La Lettre du Mardi» par mail.

 Il lui suffit de nous communiquer son nom, prénoms, adresse postale.

 

————————————————— 

 n Sommaire REVUE ENSEIGNER ET SAUVER

mensuelle support papier JANVIER 2019 - n° 331

 2         Les sirènes d’alerte du 1er mercredi du mois vont changer d’heure.

            La commune de Villerupt (Meurthe-et-Moselle), faute de MNS, elle restreint les horaires scolaires et publics dans sa piscine.

  3        Aquarius : la justice italienne demande sa mise sous séquestre.

            ELUS : épuisés, 50% des maires ne veulent plus se représenter en 2020 (enquête IEP)

  4        Macron détruit toutes les représentations du personnel au profit d’un seul  CSE - Comment se faire élire ?

  6        Future Agence du Sport : elle verra le jour le 1er mars 2019.

            LENS (Nord) : le prof de math, en arrêt cardiaque, ranimé par ses élèves.

            Piscine de Blagnac (Hte Garonne) un jeune homme entre la vie et la mort.

  7        FPT CONGES ANNUELS : report maximum en cas de maladie : 4 semaines pendant 15 mois.

            ETUDE : le mode de vie a plus d’influence que la génétique sur le risque d’AVC

                                   Docteur Roseline PELUCHON     

  8        Comprendre et réagir face à l’agressivité  Asbl - Belgique.         

10        SPORTS : le CNDS a tiré son bilan pour 2017 (sujet d’examen et de concours)

11        SPORTS : La majorité des Français satisfaits de l’offre sportive de leur municipalité

            Accès au sport des enfants : les français attendent beaucoup des collectivités locales.

12        ETUDE : que faire devant un jeune violent ?  

14        ETUDE : devoir de réserve, de discrétion et secret professionnels dans la fonction Publique

15        Bassin du Havre : secouru pendant sa noyade, il agresse son sauveteur.

            Noyade de La Haye (Pays Bas) : le procureur juge les commentaires internet «déplacés»

            ASSOCIATIONS : les conditions pour ester en justice.

16        ETUDE : l’alcool et l’adolescence. J.P. Couteron psychologue.

18        SELESTAT : encore une piscine évacuée à cause d’une odeur «suspecte».

            Disneyland Paris va créer 1 000 nouveaux emplois.

            Chatellerault (Vienne) :  les MNS mal conseillés, en grève, après avoir signé le

                passage d’une partie de leurs salaires en prime .

19        URSSAF : à partir du 1er janvier 2019

                - une baisse de 6% des charges sociales

            Constructeur de piscines Desjoyaux : 300 piscines ont brûlé.

            Chômage : nouveau régime - Des négociations très difficiles

20        Australie : un surfeur attaqué par un requin, une semaine après la mort d’un nageur.

            FO : de grandes tempêtes !

21        Adultes agréés en natation scolaire : on ne peut y compter sur la longueur.

22        Centre Olympique St Denis (93) : Macron joue au pharaon : 2 500 places assises pour après JO.

                        MACRON : développement de la rémunération au mérite (ou à la tête du client) : ça ne passe pas !

            Le Crotoy ( Somme) : 90 personnes ont manifesté pour continuer à faire du «Longe Côte».

23        Fonctionnaires - disponibilité : de nouvelles conditions au 1er janvier 2019

24        Protection et contrôles des mineurs.      

26        RETRAITES : avant le départ,  le montant des pensions est souvent surestimé.

            DANGER INTERNET  : vous serez bientôt surveillés par le fisc sur les réseaux sociaux.

27        ETUDE : être enceinte et continuer son travail de MNS.  MAIS JUSQU’A QUAND ?

28        Poissons marins : les dangers de certains.

                        Conduite à tenir face à une piqûre de raie pastenague ?

29        PRIVES et hors saisonniers : une prime de précarité du CDD - Calculez votre indemnité.

30        Impôt sur le Revenu : prélèvement à la source au 1er janvier 2019

31        SENAT  : des parlementaires s’inquiètent  : baisse des crédits pour le sport dans les DOM.

========================

n 3 employés (MNS et personnel) intoxiqués par le chlore avaient porté plainte. Le procureur réclame :

-- 8 mois de prison avec sursis contre l’ancien directeur,

-- et 80 000 euros d’amende contre l’ancienne société.

            -- Tribunal correctionnel de Saint Brieuc le 10 janvier 2019,

            -- Piscine de Plémy Montcontour (Côtes-d’Armor) en 2009.

Trois intoxications au chlore dans une piscine, des pratiques de nettoyage et d’entretien pointées du doigt, des faits qui remontent à quasiment dix ans… L’audience du 10 janvier au tribunal correctionnel de Saint-Brieuc a été complexe et technique.

            Depuis plusieurs semaines avant le 5 mars 2009, trois salariés d’une piscine de Plémy ont été intoxiqués par du chlore et dérivés. Conséquences : des arrêts de travail de plusieurs semaines et, pour l’un des MNS, l’apparition d’une insuffisance respiratoire. Ce sont ces trois personnes, portées partie civile, la société qui exploitait la piscine, qui a entre-temps changé de gérant, et leur responsable de l’époque, également salarié, qui se sont retrouvés à la barre du tribunal de Saint-Brieuc, ce jeudi 10 janvier 2019. Au cœur d’une audience très technique : les pratiques de nettoyage et d’entretien menées à l’époque, principalement l’arrosage des plages autour du bassin, avec des arrosoirs d’eau chlorée.

« Je ne peux plus me baigner dans un bassin couvert ».

            Trois témoignages qui concordent sur plusieurs points, dont celui des symptômes, apparus bien avant l’incident. Maux de tête, nausées, malaises, problèmes respiratoires… Identiques chez chacun. « Ils diminuaient hors de mon environnement professionnel », soutient l’un des salariés. Une autre mentionne une sensation d’« étouffement », quand la troisième avance qu’elle ne peut plus exercer son métier depuis l’incident. « Cela fait dix ans que je ne peux plus me baigner dans un bassin couvert ».

            Le responsable l’admet. « Cela faisait quelques jours qu’il y avait une odeur… ». Il précise néanmoins qu’il n’a jamais souffert de symptômes. Une vingtaine d’usagers et d’anciens employés ont témoigné dans le cadre d’une enquête, beaucoup se plaignant de symptômes similaires. « Je n’ai jamais eu aucun retour ». « Comment expliquez-vous alors ces témoignages ? », demande la présidente. « Il suffit d’être malade, ce n’est pas nécessairement lié à la piscine ».

« Abracadabrant ! ».

            Des témoignages qui se sont retrouvés dans le viseur de son avocat : « un échantillon dérisoire ». Ce dernier s’est ensuite attardé sur les deux expertises menées sur le dossier, dont la plus récente, qui avance « les épandages d’eau sur-chlorée sans rinçage préalable » des sols comme cause principale du dommage. « L’eau chlorée devient, avec cette expertise, sur-chlorée ? Expertise qui est menée sur place des années après les faits ? Qu’a pu constater l’expert ? C’est abracadabrant ! », tonne-t-il, avant de plaider la relaxe, pour « problématique d’identification de la cause ». Relaxe également plaidée pour la SARL.

            Le Parquet avait, au préalable, cité les résultats de ces deux expertises, qui mettent en lumière « des manquements » et « une absence de suivi sanitaire digne de ce nom » et avait requis huit mois de prison avec sursis pour le responsable et 80 000 euros d’amende pour la SARL. Les représentants des parties civiles ont, eux, plaidé pour la reconnaissance de culpabilité.

Après une audience de plus de 7 heures, l’affaire a été mise en délibéré au 7 mars 2019.

n «Grand débât national» voulu par Macron :

Les premières remontées des cahiers de doléances : ISF, élites, 80 km/h :

Mise en garde de notre FMNS  : notre FMNS est entièrement apolitique.

Nous relatons donc ici ces informations sans les commenter !

Doléances, premiers retours :

Elles sont surtout alimentées par des ruraux et des retraités.

Une note de synthèse de ces cahiers a été adressée au ministre des Collectivités territoriales Sébastien Lecornu, note que notre FMNS a pu consulter.

Demandes les plus fréquentes :

1°/ Craintes de l'immigration "non contrôlée" - «ce qui entraîne une perte d'identité et des dépenses sociales supplémentaires"

2°/ Rétablissement de l’impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

3°/ Revoir les statuts des "hauts fonctionnaires, des élus nationaux et des représentants des corps intermédiaires trop payés».

4°/ Améliorer la représentation à l’Assemblée Nationale avec la mise en place de la proportionnelle, dont la reconnaissance du vote blanc

5°/ La suppression du Sénat.

6°/ Améliorer le pouvoir d'achat des retraités et des classes populaires, donc annuler la non indexation des retraites.

7° Supprimer la limitation systématique de vitesse à 80 km/h.

---- L’environnement est très peu abordé dans ces cahiers de doléances FIN.