F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 107 du 5.3.2019

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

« La Lettre du Mardi de notre FMNS» 

107 du 5.3.2019

envoi  le 5.3.2019 (tous)

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ou saisonnière.

———————————

Toute personne hors FMNS peut s’inscrire gratuitement à notre «La Lettre du Mardi» par mail.

            Il lui suffit de nous communiquer son nom, prénoms, adresse postale et mail personnels.

            Par contre, hors FMNS,  nous n’avons pas les moyens d’assurer un bureau de renseignements ou une défense après une noyade, un accident ou un conflit du travail.

————————————

Actualités «dernière minute» :

Les réunions de MACRON est - ce :

- de la réunionite avant les élections européennes

- ou un désir réel d’avancer ?

Réforme du chômage

les «partenaires sociaux» (syndicats des patrons et des employés) se sont réunis pendant plusieurs mois pour analyser les directives du Président de la République :

1° revoir les indemnisations après les contrats courts (ce qui nous touche)

2° pénaliser les patrons qui utilisent fréquemment les contrats courts

3° plafonner les indemnités chômage.

Les partenaires sociaux ne se sont pas entendus et les patrons devant cette pénalisation sont partis en claquant la porte. De là le gouvernement a décidé de réglementer lui-même ce sujet très sensible. Emmanuel MACRON a décidé alors d’organiser CINQUANTE REUNIONS «pour consulter».

Cette réunionite qui jusqu’à maintenant l’a fait remonter dans les sondages, n’est-elle pas faite surtout pour lui éviter un échec cuisant aux élections européennes ou pour nous faire patienter jusqu’à l’été (saison où les français ne manifestent peu).

Le problème du grand nombre de  noyés en France en saison.

La cause : tout le monde l’a connaît : les enfants ne peuvent plus apprendre à nager dans beaucoup de communes qui ne possèdent qu’une piscine d’été et qui fonctionne de plus en plus souvent avec un ou des BNSSA après dérogation. Le remède est simple : augmenter le nombre de maîtres nageurs

- en raccourcissant très nettement  la formation

- donc en diminuant le prix.

Actuellement une formation BPJEPS-AAN coûte entre 4 et 6.000 euros + 4.000 euros d’hébergement de déplacements soit au MINIMUM 10.000 euros. Tout cela est absurde alors que la majorité des candidats ne veulent faire que des saisons. Avec cette réglementation imbécile : les lycéens, les étudiants, les instituteurs, les CRS, les gendarmes, les pompiers... ne peuvent plus sacrifier une année voire deux années pour faire une saison. Donc le remède tout le monde le connaît. Notre FMNS et nos adhérents ont demandé à nos députés d’intervenir il y a environ un an à l’Assemblée Nationale. SOIXANTE députés sont intervenus. Le ministre de l’Education Nationale entr’autres avait promis «de réunir tout le monde» : on n’a rien vu !

Aujourd’hui, soudainement, notre fédération et les autres sont convoquées subitement tous les 15 jours en voyant la saison arriver et le nombre de noyés qui ne peut que croître, d’autant plus que le gouvernement a annoncé depuis des mois qu’il allait retirer la quasi-totalité des MNS CRS des plages.

Nous  avons été réunis le 14 février 2019 au ministère. Notre FMNS était représentée par  Jean-Michel LAPOUX  et Daniel MAS et nous avons discuté pendant 2 heures pour donner une note entre 1 et 5 sur la dangerosité des activités de la natation (peut-on donner une note commune entre les entraînements de clubs où il n’y a quasiment jamais de mort et les baignades en mer où il y a l’été environ 2 morts par jour ?).

Nous avons été réunis le 25 février 2019 au ministère avec une trentaine d’organismes. Cette réunion était présidée par la ministre elle-même Mme Roxana MARACINEANU qui semblait vouloir y mettre de la bonne volonté.

Par contre on ne peut que constater qu’elle n’a plus grand moyen pour refondre la natation scolaire qui dépend exclusivement de l’Education Nationale. De plus, une bonne partie de son ministère lui est enlevée dans les jours prochains au profit de «l’AGENCE DU SPORT». Elle garderait essentiellement le sport de haut niveau et le CNDS «qui répartissait la taxe du loto» disparaît au profit de cette Agence du Sport le 2 avril 2019.

Que constatons-nous :

1° si le niveau, la durée, le prix des formations MNS (BPJEPS-AAN) n’est pas diminué, notre profession va disparaître dans les mois qui viennent.

2° le gouvernement ne pourra pas laisser vide ce marché du travail. D’autres qualifications seront homologuées pour vendre des leçons de natation.

Que nous annonce la ministre ? Elle double  les crédits pour l’opération «Savoir Nager» en faisant délivrer des attestations «Aisance dans l’eau». Nous avons constaté ces dernières saisons que cette opération organisée dans tous les sens, amenait de jeunes BPJEPS-AAN en double sur des bassins ou l’ancien MNS, en concurrence avec ces tarifs sociaux destinés à tous, passait rapidement pour un «voleur». Après des années de dévouement et de précarité, il était obligé de déménager à la hâte pour pouvoir survivre.

La ministre organise une nouvelle réunion le 19 mars 2019 où nous devons tous présenter des «propositions» alors que tout le monde sait parfaitement ce qui manque.

Le résumé de nos propositions est exposé dans la «Lettre du Mardi» envoyée aux adhérents de notre FMNS qui pourront la compléter de toute proposition. J.M. Lapoux - Daniel Mas  Fin