F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 115 du 7.5.2019

FEDERATION DES MAITRESNAGEURS SAUVETEURS

Bureaucentral : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81—  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

« La  Lettre du Mardi de notre FMNS»  n° 115 du 7.5.2019

 

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ousaisonnière.

Toute personne hors FMNS peut s’inscrire gratuitement à notre «La Lettre du Mardi» par mail.

Il lui suffit de nous communiquer son nom, prénoms,adresse postale.

----------------------------------

La méthode curieuse pour une «Aisance aquatique» de la ministre dessports : Roxana MARACINEANU !

           Se trouvant le 2 mai 2019, à la veille de la saison d’été, avec un manque très important de MNS saisonniers, donc un manque croissant d’apprentissage de la natation, et fort logiquement de morts noyés, la ministre, faute de mieux, conseille aux parents, «avant tout apprentissage avec un professionnel», qui dans beaucoup de bassins d’été n’existe plus, de permettre à leur enfant «d’avoir une aisance dans l’eau», en éliminant toute appréhension.

           Les parents iraient donc, par une profondeur de un à deux mètres environ et plus, jouer avec leur enfant sans aucun flotteur, mais sans que l’enfant ne puisse toucher le fond du bassin.

           L’enfant s’immergerait, jouerait.. sauterait depuis le bord, rattrapé tant bienque mal par le parent.

           Pourtant, depuis que les «méthodes sans bouée» sont apparues, dans les mains «d’adultes agréés» en natation scolaire de très nombreux MNS (et BNSSA) se plaignent de devoir «repêcher» les enfants au grand bassin, quand ils veulent recommencer les exercices, sans bouée, après la séance d’apprentissage, donc sans l’enseignant ou l’adulte agréé. Certains collègues estiment même devoir sortir de l’eau jusqu’à deux enfants par jour, après ce genre de séances. En effet les enfants étant «à l’aise dans l’eau», sans savoir nager, sont tentés de revenir au grand bain, mais là il n’y a plus que le MNS (ou BNSSA) qui surveille tout le monde pour les sortir, s’ils ont été aperçus à temps. Beaucoup de collègues estiment ces méthodes ont interdit ces méthodes au grand bain. La ministre l’estime autrement. 

           Depuis des années, nous avions constaté une évidence : la disparition de la peur de l’eau «l’aisance aquatique» de la ministre, doit venir progressivement en apprenant à nager. Il est souvent dangereux de provoquer cette «aisance» au grand bain sans savoir réellement nager.

           Nous, MNS et BNSSA, nous ne pouvons pas tout voir !

           La ministre estime qu’après ces exercices, les enfants seront «indépendants» et seront capables de sortir de l’eau tout seuls, en pédalant (ou en faisant la nage du chien) -- voir sa vidéo --  puisqu’ils n’auront à aucun moment appris un mouvement coordonné. Après les exercices qu’elle propose -- en séances sur vidéo -- la ministre conseille, quand même aux parents, d’amener leur rejeton «suivre des cours avec un professionnel».

           Chacun peut se faire une idée de ces exercices, que nous qualifierons «d’aisance trop prématurée dans l’eau», en consultant sur internet son site :

http://sports.gouv.fr/Aisance-Aquatique/article/Videos-18693

Le gouvernement, dont la ministre, a entamé une réorientation historique de tous les sports. Les conseillers techniques craignent pour leurs postes :

Nous avons expliqué dans la revue (support papier) que les fédérations sportives s’étaient réunies il y a quelques semaines à l’Institut National des Sports et à l’UNANIMITE ont rejeté la tutelle encombrante (parfois nuisible) du ministère des sports, en réclamant une gestion autonome. Semblable à celle qui existe dans tous les pays occidentaux. Le gouvernement et  la ministre ont satisfait ces demandes et ont créé une structure semi-privée «L’agence Nationale du Sport». Ceci marque un désengagement de l’Etat en matière de sports, qui parviendra peut être à la suppression pure et simple du ministère des sports et de ses bureaux locaux en province, puisque le gouvernement cherche actuellement à diminuer le nombre de fonctionnaires. Les CTR (Conseillers Techniques Régionaux et CTD) seraient payés par les fédérations. Ces derniers craignent que les fédérations qui ont  de l’argent (rugby, foot, tennis..) puissent prendre la relève mais que beaucoup de petites fédérations avec peu de recettes propres (athlétisme, natation, voile...) ne puissent pas assurer la paie de tous ces CTR et CTD.

           La ministre  le dimanche 5 mai 2019 s’est exprimée sur le plateau de«Stade 2». Les pouvoirs publics craignaient des manifestations de type «Gilets jaunes». Beaucoup de CRS l’escortaient. Il n’en a rien été. La ministre s’est voulue rassurante en promettant que les conseillers techniques conserveraient leur statut de fonctionnaire et que les fédérations se verraient octroyées plus de subventions pour pouvoir les payer. Ce n’est pas tout à fait ce qu’explique Emmanuel Macron qui cherche à faire des économies en ayant promis de supprimer bon nombre de  fonctionnaires (y compris s’il a diminué ses quotas de suppressions). FIN