F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 122 du 16.7.2019

FEDERATION DES MAITRESNAGEURS SAUVETEURS

Bureaucentral : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81—  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

« LaLettre du Mardi de notre FMNS» 

n° 122 du 16.7.2019

 

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ousaisonnière.

Toute personne hors FMNS peut s’inscriregratuitement à notre «La Lettre du Mardi» par mail.

Il lui suffit de nous communiquer son nom, prénoms,adresse postale.

----------------------------------

Notre FMNS se tient à la disposition de tous, toutel’année, par mails.

n RECOMMANDATIONSEN DEBUT DE SAISON

Piscines -- baignades : mers,lacs, rivières...

1°/Des vêtements professionnels (tee-shirts, casquettes, sifflets) :

Un noyéprivé d’air met entre 3 et 9 minutes pour mourir. En analysant cas par cas lesconditions dans lesquelles se sont déroulées les noyades ces dernières années,il y en a plus de 50 %, où les MNS et BNSSA ont été interpellés par desbaigneurs ou promeneurs. Il est donc INADMISSIBLE de voir encore des MNS ou desBNSSA surveiller une piscine ou une baignade en maillot de bain ou tee shirtordinaire, sans pouvoir être interpellés en quelques SECONDES. Rappelonsqu’en matière de noyades, on ne parle pas en minutes, mais en secondes !

           Les tee-shirts, débardeurs, casquettes, sifflets sont des vêtements ou desoutils de travail. Le code du travail les met à la charge des employeurs. Adéfaut l’agent doit les réclamer. Notre FMNS livre aux employeurs et adhérentsFMNS par retour de mail :

-- Tee shirt - manches mi-biceps OU débardeur sans manche -14 euros TTC portcompris -- ( MNS ou surveillant sauveteur).

-- Casquette rouge  - MNS ou surveillant sauveteur 8euros TTC port compris

-- Sifflet - 3 euros  TTC port compris.

Les noms, prénoms,adresses postales COMPLETES des domiciles des personnes qui portent cesvêtements professionnels attestant d’un brevet délivré par l’Etat, ils doiventdonc être précisés sur la commande (obligation gendarmerie)

Ces vétements sontvendus exclusivement aux employeurs et membres FMNS. Commande par mail -Expédition le jour même - Factures et paiements par voie administrative.

2°Le danger des toboggans et des plongeoirs :

Tous les ans despersonnes restent hémiplégiques ou tétraplégiques  à vie après des heurtssous les plongeoirs ou à l’arrivée des toboggans. Notre FMNS vend deux sortesde panneaux :

-- Texte sécurité àl’arrivée des toboggans  (70 X100) 120 euros TTC port compris

-- Pour les dessousde plongeoirs «Aire d’arrivée à évacuer rapidement  Merci» (50 X 100) : 90e.

3°Délimiter EXACTEMENT les limites de baignades :

Après un accident ouune noyade mortelle, en premier, le juge d’instruction et les gendarmescherchent à savoir si le baigneur s’est noyé dans ou hors limites.

La réglementationoblige de poser des panneaux amovibles avec la mention «Limite de baignade»avec une flèche. Les fannions bleus sans inscription ne servent à rien :généralement, ils ne sont pas compris par les baigeurs. Sans ces panneaux lesagents, comme les employeurs, (en tort) sont responsables de TOUT, sanslimitation de surface. Notre FMNS vend ces panneaux avec flèches 90 euros lesdeux (TTC et port comppris).

4° Maladie de Lyme et baigneurs allongés dans l’herbe : cettemaladie très difficile à diagnostiquer et classée par beaucoup de médecinscomme «inguérissable», se transmet par les tiques, eux mêmes transportées parles rats et les chevreuils. Dans certaines régions les tiques sontinfectées à 50%.Dans beaucoup de piscines et surtout de baignades en lacs et enrivières, les baigneurs s’allongent directement dans l’herbe. Les bords de lacset de rivières sont généralement infestés par les rats (la nuit). Les étenduesherbeuses, non clôturées, attirent les chevreuils, généralement la nuit. Lesbaigneurs, qui mangent sur l’herbe, laissent des restes parfois très petits(miettes de pain etc), qui ne peuvent être ramassés, mais qui sont repérés parles rats. Il faut donc insister pour que ces étendues herbeuses, parfois trèsgrandes aux bords des lacs, soient dératisées, même en cours de saison. Il estrecommandé d’y interdire les piques niques (en expliquant). Pour les saisonssuivantes, il faut réclamer une clôture grillagée autour des surfaces où lesbaigneurs s’allongent. Dans l’immédiat, les MNS et BNSSA doivent l’expliquertous les jours au micro. Ils doivent recommander collectivement etindividuellement de ne pas s’allonger directement dans l’herbe mais sur uneserviette. La clientèle devenant de plus en plus procédurière, nous conseillonsde rajouter ces recommandations (ou cette interdiction) dans le règlementintérieur de la baignade et de les afficher. FIN