F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 174 du 1.9.2020

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05.24.61.44.81 mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

La Lettre du Mardi du 1er septembre 2020 n° 174

--------------------------

n Coronavirus : «Si une école ou une classe ferme en raison d'une contamination, le congé parental sera possible pour les parents", a déclaré ce jour 1er septembre, Gabriel Attal, porte parole du gouvernement

 

            La rentrée scolaire a lieu mardi 1er septembre pour plus de 12 millions d'élèves dans un contexte toujours particulier lié à la crise du coronavirus. Le porte-parole du gouvernement a assuré que les élèves "peuvent avoir confiance. On a mis en place un protocole sanitaire, des mesures pour garantir que les risques de contamination sont réduits au maximum dans le cadre de l'école."

            "Si on a le sentiment que le virus a pu circuler dans une classe ou un établissement, on pourra être amené à fermer une classe ou un établissement, a poursuivi Gabriel Attal. La décision est prise par le rectorat et l'Agence régionale de santé au niveau local. Des solutions devront être mises en place" pour aider les parents et permettre "un suivi pédagogique. Il y aura une continuité des enseignements."

            Pour gérer au mieux d'éventuels cas de contamination, "on a mis en place tous les scénarios avec la réaction et les mesures qu'il faut prendre si jamais un cas était détecté dans une école", a expliqué Gabriel Attal.

            Si un cas est détecté dans une école, on isole l'élève concerné, on s'assure qu'il ait bien son masque sur lui, qu'il n'est pas en contact avec d'autres élèves. On fait un test si on considère qu'il y a une suspicion. Ensuite, on invite les élèves, les enseignants qui ont pu croiser cet élève à s'isoler.

            "On va faire en sorte d'accélérer le diagnostic et le résultat, a poursuivi Gabriel Attal. La consigne a été donnée aux établissements de faire en sorte qu'il y ait le moins de brassage possible des élèves. Dans certains départements, on va faire en sorte que ce ne soit pas les élèves qui changent de classe, mais les enseignants, pour qu'il n'y ait pas trop de groupes qui se croisent."

            Le déjeuner à la cantine se fera "par groupe avec des services plus étalées pour qu'on n'ait pas une cantine bondée", a expliqué Gabriel Attal. "Des consignes ont été données pour faire en sorte qu'il n'y ait pas trop d'élèves au même moment."

            Si un enfant se présente sans masque, "on ne va pas le renvoyer chez lui, il y a des petits stocks de masques constitués dans les établissements pour être en mesure de l’équiper d’un masque. On fait preuve à la fois de bon sens, de pragmatisme et surtout de confiance vis-à-vis des familles", a conclu Gabriel Attal. FIN.

n Noyade mortelle piscine de Marseille - Condamnations pénales

-- BNSSA au téléphone -

-- chef de bassin pourtant hors service  (hors FMNS) :

Nous avions rendu compte ces derniers mois du jugement du tribunal de Marseille qui avait condamné les BNSSA qui avaient passé de nombreux messages téléphoniques pendant leur surveillance au point de ne pas apercevoir un enfant mort noyé à quelques mètres d’eux. Le chef de bassin avait été condamné pénalement, pour avoir toléré les portables, bien qu’il n’était pas en service au moment de la noyade.

            Au vu de sa condamnation pénale et de ses négligences la mairie de Marseille lui avait retiré sa «protection fonctionnelle» (frais de justice). La Cour administrative d’appel de Marseille le 8.7.2020 a annulé cette décision. (n°19MAO1992). Le chef de bassin demeure toutefois condamné au pénal.

            Après la plupart des noyades chaque partie essaie de se dégager de tout ou partie de sa responsabilité. La plupart du temps les MNS et BNSSA ne sont pas défendus mais contrés ou même accusés par leur employeur qui affirme «n’y être pour rien en ayant recruté tout le personnel nécessaire». L’avocat payé par l’employeur «n’enfonce» JAMAIS son client qui l’a rémunéré.

Une assurance responsabilité civile professionnelle, telle qu’offre notre FMNS est indispensable. Notre FMNS est le seul organisme tout au long de la procédure et de TOUTES les audiences à missionner sur place, un avocat spécialisé et à déplacer un expert juriste appartenant à notre profession. Notre FMNS est le SEUL organisme à ne pas avoir eu d’adhérent condamné depuis plus de 20 ans.

            Nos adhérents FMNS bénéficient d’une remise fiscale de 66% sur leurs impôts et s’ils ne paient pas d’impôt d’un remboursement par l’Etat de 66% -- FIN