F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 195 du 9.2.2021

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : c Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

————————————————-

 La Lettre du Mardi de notre FMNS n° 195 du 9.2.2021———————————

*** Notre FMNS change de mail :

Ce n’est plus Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

mais Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

——————————

*** Le grand coup de «Macron» :

«DEGRAISSAGE» : les mairies et toutes les administrations de l’Etat peuvent se débarrasser des fonctionnaires titulaires en les renvoyant dans le privé SANS LEUR ACCORD !

«Le détachement d’office» :

La loi de «transformation de la fonction publique»  (voir décret sur J.O. du 13 juin 2020) a introduit un mécanisme permettant le détachement d’office vers un CDI du privé.

Une mairie ou une Communauté de Communes, qui veut se débarrasser de la gestion de sa piscine ou de tout autre service peut «détacher» un ou tous ses titulaires vers un CDI du privé. Le gouvernement a essayé de camoufler ces manoeuvres en précisant « le but est de sécuriser les transitions professionnelles en cas de restructuration». Evidemment tous les syndicats à l’unanimité (dont notre FMNS) se sont élevés contre ces mesures.

            Dans le cas des piscines, nous sommes en face de DSP (Délégataires de Service Public) tels que Vert Marine qui est actuellement poursuivie pour malversations au sujet des appels d’offres pour gérer des piscines et qui risque purement et simplement de ne plus être autorisée à gérer les piscines publiques et être interdite de répondre aux appels d’offres. Dans ce cas là, les agents risquent de se retrouver confrontés à une liquidation judiciaire du jour au lendemain. Presque toutes ces DSP ont créé une personne morale (société) par piscine. De telle façon qu’en cas de liquidation, elles s’enfuient sans payer personne et reprennent la gestion d’une piscine municipale quelques kilomètres plus loin en créant une autre personne morale (société) sous un autre nom... et leurs agents doivent se pourvoir devant les conseils de prud’hommes (défendus par notre FMNS) face à un liquidateur qui exige un jugement. Ils attendent de un à 3 ans pour percevoir enfin  tout ou partie de leurs indemnités. Dès la liquidation  ils se retrouvent au Pôle Emploi au mieux avec 900 euros par mois. On peut voir à l’horizon, que bon nombre de mairies et de communautés de communes, vont se débarrasser de la gestion de leurs piscines (ce qui se fait déjà).

Voilà la « sécurité » de l’emploi de Macron !!!

On voit dans quelle précarité, sont plongés TOUS  les agents. J.M.Lapoux