F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 198 du 9.3.2021 (P)

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

-----------------

 La Lettre du Mardi de notre FMNS n° 198 du 9.3.2021


 **** La diffusion par mails individuels des offres d’emploi en saison ou partie de saison commence cette semaine. Nos adhérents doivent nous faire parvenir la demande d’emploi le plus vite possible en étant à jour de leur assurance pour TOUTE la période demandée. Les chèques peuvent être encaissés à la fin de la cotisation précédente étalés sur une période de trois mois.

            Nous rappelons que les MNS sont prioritaires dans les piscines d’accès payant sur les BNSSA,. Toutefois si l’employeur n’a pas trouvé de MNS au bout de quelques jours, les MNS ne sont plus prioritaires. Les MNS n’ont plus rien à réclamer si les employeurs recrutent des BNSSA avec dérogation ou pour « assister » un MNS sans dérogation. Cette dérogation peut être attribuée dès le printemps.

--- La diffusion des offres d’emploi «carrière » continue toute l’année tous les 12 jours environ

 

 ****Sans cours de natation depuis un an, les écoliers sauront-ils nager cet été ?

            La ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu s’inquiète d’une probable hausse des noyades cet été et présente des propositions bizarres

Depuis la rentrée de septembre, les écoliers et collégiens n’ont pu tremper un orteil pour apprendre à nager. Les piscines sont réservées depuis le 15 janvier aux athlètes de haut niveau, éducateurs et personnes détenant une prescription médicale.

Une génération concernée

            Près de 800 000 jeunes sont concernés, faisant craindre à la ministre déléguée chargée des Sports, Roxana Maracineanu, une hausse des noyades cet été. « C’est très problématique, avec le fléau des noyades qui est en constante augmentation à cette période. Chaque année, 1 000 personnes se noient ! Or, la seule manière de lutter contre ce phénomène, c’est de savoir nager », a-t-elle expliqué au Parisien.

            En 2019, la ministre avait présenté le plan « Aisance aquatique » afin de renforcer l’apprentissage de la nage dès la maternelle. Mais face à la fermeture des piscines, celui-ci aussi est stoppé. « On a quasiment perdu un an », a déploré Roxana Maracineanu.

Plusieurs solutions

            Bien que les piscines extérieures soient ouvertes au public, la ministre déléguée a prévenu qu’il était hors de question de « faire nager les enfants dehors au mois de mars ». Mais plusieurs pistes sont à l’étude.

Des bassins d’apprentissage « de 4 mètres par 8 » vont être déployés dans les écoles et les gymnases, « en accord avec les rectorats ». Selon Roxana Maracineanu, « l’idée est que cela ne leur coûte rien ».

            Il s’agit d’aider l’achat à hauteur de 50 % de ces bassins mobiles, par exemple par des associations sportives, qui ensuite, les amèneraient dans les écoles pour des sessions de natation. Les autres collectivités - régions, mairies - doivent aussi aider. On peut tabler sur 800 bassins en tout.

            Des aides pour les collectivités sont également à l’étude afin d’ouvrir les bassins dits nordiques, ceux qui ne peuvent être ouverts qu’en été. La ministre déléguée suggère qu’ils s’équipent « de capotes ou d’un système de chauffage » afin que les enfants puissent y nager dès maintenant. « Le budget est en cours de réflexion, mais il faut qu’on aille vite. J’ai une réunion jeudi 11 mars à ce sujet avec l’Agence nationale du sport », a-t-elle annoncé.

            Autre idée : utiliser les 3 millions de piscines familiales. « Pour cet été nous travaillons à la mise en lien de particuliers équipés d’une piscine et de maîtres-nageurs pour proposer des cours particuliers. »

FIN