F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 225 du 5.10.2021
FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS
Bureau central : 11 rue Henri Barbusse
33110 LE BOUSCAT
Tél : 05 24 61 44 81 — mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

Notre FMNS est un syndicat national apolitique.
-------------------------------
 
La Lettre du Mardi de notre FMNS
n° 225 du 5 octobre 2021

Nouvelle assurance chômage : le décret est paru au J.O. du
jeudi 29.9.2021 -  le gouvernement applique la réforme .
Beaucoup de CDD, d’employés précaires et de saisonniers
sont anxieux ou furieux ! Une bombe à retardement !
Les conditions d’éligibilité passeront de 4 à 6 mois pour les nouveaux chômeurs à partir du 1er décembre 2021 
en éliminant donc les saisonniers.

Le décret durcissant au 1er octobre le calcul de l’allocation chômage est paru jeudi 29.9.2021 au Journal officiel, (voir legifrance) mais il sera de nouveau attaqué devant le Conseil d’Etat par les syndicats qui contestent cette mesure phare de la réforme de l’assurance chômage. Ces nouvelles règles controversées devaient entrer en vigueur au 1er juillet mais le Conseil d’Etat les avait suspendues en juin, arguant des «incertitudes sur la situation économique».
    La juridiction avait été saisie en référé par les syndicats, dont les recours doivent encore être examinés sur le fond. Mais, sans attendre, le gouvernement publie ce nouveau décret, inchangé sur le fond, en mettant en avant «le vif rebond de l’emploi depuis mai».
    «La situation économique est bonne et, pourtant, nous sommes face à un paradoxe : des entreprises qui n’arrivent pas à recruter et des chômeurs qui ne trouvent pas d’emploi. Ce serait donc le bon moment pour faire cette réforme. La nouvelle formule s’applique à partir de vendredi 1er octobre 2021 à tous les nouveaux inscrits à Pôle Emploi», insiste-t-on au ministère du Travail.
    Les syndicats estiment que le nouveau mode de calcul du salaire journalier de référence (SJR), base de l’allocation, va pénaliser les demandeurs d’emploi alternant chômage et activité, «les permittents».
    Selon une évaluation en avril de l’Unédic, jusqu’à 1,15 million des personnes ouvrant des droits dans l’année suivant l’entrée en vigueur de la réforme toucheraient une allocation mensuelle plus faible (de 17% en moyenne), avec dans le même temps une «durée théorique d’indemnisation» allongée (quatorze mois en moyenne contre onze avant la réforme). Le ministère du Travail conteste ce chiffrage en soulignant qu’il ne tient pas compte de l’amélioration de la conjoncture depuis, ni «des effets de comportement» espérés.
    Décidée en juillet 2019, la réforme avait été suspendue à l’aune de la crise du Covid-19, puis amendée. Le reste du texte, à savoir le durcissement des règles sur la dégressivité des allocations et sur la durée d’affiliation nécessaire pour ouvrir ou recharger un droit, devrait, lui, entrer en vigueur au 1er décembre. Ces mesures sont en effet liées à des conditions d’amélioration du marché de l’emploi qui devraient être remplies à cette date.
    Les conditions d’éligibilité passeront alors de quatre à six mois.
    La période d’observation du comportement des entreprises pour le «bonus-malus» sur la cotisation chômage dans sept secteurs grands consommateurs de contrats courts a, elle, commencé le 1er juillet, pour une application sur les cotisations en septembre 2022.
————————-
Pôle Emploi a a renforcé la sécurité de ses agences
avant l’entrée en vigueur de la réforme de l’assurance-chômage 
du 1.10.2021
    Alors que la très décriée réforme de l’assurance-chômage est entrée en vigueur vendredi 1er octobre, les agents de Pôle Emploi redoutent les réactions de certains allocataires. Selon France-Inter, en région parisienne se mettent en place des initiatives : 695 bracelets permettant de déclencher l’alerte en cas de danger ont été livrés.
 Réforme de l’assurance-chômage : 
« Un détricotage complet des fondements de 1958 »
A ces bracelets, s’ajoutent une centaine de boîtiers dotés d’une sirène multitonalité et d’un flash dont l’objectif, selon une note interne intitulée « Plan d’action sécurité », est de « permettre aux agents de pouvoir signaler une agression ou une incivilité » dont ils seraient victimes.
« Bombe à retardement »
    La Seine-Saint-Denis devait être le premier département à recevoir ces kits, la semaine dernière. Ce sera ensuite au tour des agences de Paris cette semaine. Pour l’instant, souligne France-Inter, l’initiative reste cantonnée à la région Ile-de-France.
    Pour expliquer au mieux la réforme de l’assurance-chômage aux demandeurs d’emplois, les agents ont reçu en outre « quelques éléments de communication ». Une réforme dénoncée par les syndicats comme une « usine à gaz » et une « bombe à retardement », convaincus que les tensions seront inévitables lorsque ses effets seront visibles sur la feuille d’allocation.
Pourquoi Macron ne reculera pas sur sa réforme de l’assurance chômage 
Les agents de l’organisme public ont encore en tête le drame survenu à Valence, il y a huit mois. En janvier dernier, un homme avait fait feu sur une employée d’un Pôle Emploi, avant de s’attaquer à la directrice des ressources humaines d’une entreprise spécialisée dans la collecte de déchets à Guilherand-Granges, en Ardèche. Les deux victimes avaient succombé à leurs blessures FIN