F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 232 du 23.11.2021

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : c Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

-------------------------------

La Lettre du Mardi de notre FMNS n° 232 du 23.11.2021

--------------------

Parc de loisirs de Sommières (Gard) le 14 juin 2015

Noyade mortelle en paddle d’un ado. de 17 ans (hors FMNS)

Tribunal correctionnel de Nîmes le 19 novembre 2021

-- L’association a été très peu condamnée,

-- Les principaux responsables non poursuivis,

-- Une enquête de police et une instruction plus que sommaires !

C'était la sortie annuelle de l’association  évangéliste :

«Centre d’Animation Famille Enfance Jeunesse Montpel-lieraine». Les membres avaient décidé de faire plaisir aux 80 enfants des adhérents en offrant une journée détente dans le Parc  Aventures du Roc de Massereau, à Sommières. La belle journée allait se transformer en tragédie.

     Lorsque les jeunes de cette association héraultaise arrivent sur place dans le Gard, deux groupes sont séparés selon le président du tribunal correctionnel, Jean-Pierre Bandiera, qui résume les faits en audience publique. Un premier groupe, les enfants les plus jeunes, âgés de 4 ans à 12 ans, partent à l'accrobranche. Une seconde équipe composée "des plus grands", des adolescents vont être initiés au paddle.

         "Là les jeunes sont pris en charge par un adolescent de 15 ans, qui est au centre depuis deux jours et qui est le fils des amis du gérant du parc de loisirs", selon le président Bandiera. Ce jeune n'a aucune spécialisation en paddle, c'est lui qui est désigné pour descendre le matériel et les gilets de sauvetage jusqu'au point de départ. Il donne une explication superficielle et puis ne se préoccupe plus de rien".

        Et le drame va arriver... Car les adolescents ne connaissent rien au paddle, ils montent parfois deux par planche et certains n'ont pas de gilets de sauvetage. Yvan, 17 ans, d’origine Ivoirienne, est justement à l'arrière d'un paddle, il est déséquilibré et tombe à l'eau comme son complice. Yvan ne sait pas nager, il coule comme une pierre dira le magistrat. Malgré les recherches immédiates, il ne sera retrouvé qu'une heure plus tard par les pompiers à 4,20 mètres de profondeur et à 17 mètres du rivage.

     " Il n'y avait pas de gilets de sauvetage pour tous les participants", poursuit le magistrat qui s'interroge sur les investigations. "Il va être décidé de façon péremptoire que le centre de loisirs n'est responsable de rien", tandis que l'association, c'est-à-dire le client va se retrouver plus de six ans après le drame comme seul prévenu d'homicide involontaire devant le tribunal correctionnel de Nîmes. Ce jour-là, personne n'a donné des consignes aux enfants et accompagnants sur la réglementation en vigueur. Personne n'a demandé aux adolescents s'ils savaient nager par exemple ! Et le tribunal d'égrener les nombreux oublis de l'enquête :" On ne connait pas la profondeur d'eau, la clarté de l'eau ou encore le nombre de paddle qu'il y avait ce jour-là et le nombre précis de gilets de sauvetage", déplore le président Bandiera.

        La juridiction a condamné l'association qui avait décidé cette sortie à 1 000 euros d'amende avec sursis. Et le tribunal de préciser dans sa décision : "La faute qui a contribué au décès n'est pas exclusive. D'autres fautes ont été commises par d'autres personnes qui n'ont pas été assignées devant ce tribunal".  n