F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n+ 257 du 30.8.2022

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

La lettre du Mardi de notre FMNS n° 257

du 30.8.2022   Expédiée le 1.9.2022

 Des élus veulent supprimer indirectement

notre profession de MNS !

Compte rendu réunion de notre FMNS avec l’ANDES

( Association Nationale des Elus en charge du Sport) du 31 août 2022 à 10 heures

            Notre FMNS était représentée par :

-- M. LAPOUX Jean Michel, secrétaire général FMNS

-- Mme LACOUR Catherine, chargée de l’emploi des MNS et BNSSA en France

            l’ANDES était représentée par :

-- M.Cyril CLOUP, directeur ANDES, ancien cadre au Club.  Méd.

-- Mme Catherine LEONIDAS adjointe au maire (sports) de La Rochelle

-- M.Gwenël SOUMY, chargé de missions.

            Cette association ANDES a constaté le manque de MNS et propose avec insistance aux ministères que la dérogation en saisons, pour employer des BNSSA à surveiller, soit étendue toute l’année pour surveiller la natation scolaire, pendant que les MNS enseigneraient. Elle n’a pas été entendue pour le moment par le ministère des sports.

Elle  oublie que :

1°/-- les MNS ne sont pas agréés en natation scolaire pour les collèges et les lycées

2°/ -- un MNS ne peut pas enseigner tous les jours du matin au soir

3°/ -- il n’y a plus de scolaires pendant les vacances et week-ends et après 17 heures.

En fait ces propositions tendent à éliminer les MNS en raison du manque, en s’assurant une main d’oeuvre, plus nombreuse, avec des salaires minables. Peu importe que les agents soient  en situation précaire  et changent de métier au bout de quelques mois !

            Notre FMNS a fait remarquer que les BNSSA avec des salaires à quelques euros du SMIC ne pouvaient constituer un métier stable. Les BNSSA sont classés opérateurs des APS. Tout le monde a approuvé ce point ! Dans ce cas-là, nous transférerions la pagaille, qui existe en ce moment sur le marché du travail des piscines d’été, aux piscines ouvertes toute l’année. Un préjudice pour tous !

            Au bout de trois ans après l’obtention du BNSSA, nous n’en retrouvons presque plus sur le marché du travail.

            Notre FMNS a fait remarquer que beaucoup de mairies estiment que la tâche d’enseignement ne leur revient pas mais appartient à l’Education Nationale, et refusent de payer du personnel pour enseigner.

            Si nous introduisons les BNSSA toute l’année, elles ne recruteront plus que des BNSSA. On éliminera ainsi presque toute la profession de MNS - ETAPS au profit d’opérateurs des APS à quelques euros du SMIG. Cette solution serait préjudiciable même aux BNSSA, qui, ne pouvant percevoir un salaire décent abandonneraient notre branche.

La précarité n’est pas un métier !

            Au fil de la conversation nous remarquons que ces représentants de l’ANDES connaissent mal notre marché du travail au point d’affirmer :

-- «qu’il y a plus de piscines d’hiver que de piscines d’été»,

-- «que les organismes de formation au BE n’ont pas un plan de formation»

-- «que les BPJEPS AAN ont besoin d’un supplément de formation» etc.

            En conclusion, si les BNSSA bénéficient d’une dérogation annuelle, le métier de MNS, BEESAN, BPJEPS-AAN, ETAPS en piscines disparaîtrait et ce serait la catastrophe pour tout l’enseignement de la natation

.           Pour faire «avaler» son projet l’ANDES propose «une meilleure formation des BE et une évolution professionnelle possible». (on se demande laquelle ?) Notre FMNS a répondu que les MNS avaient la possibilité de préparer le concours de cadre A (conseiller ou attaché des APS) mais que dans beaucoup de piscines publiques et privées le directeur-gestionnaire n’a pas de diplôme spécifique. Beaucoup de directeurs ont eu leur place en raison de bonnes relations avec le maire ou l’ancien maire (ce qu’a rejeté l’ANDES).

Un seul point nous réunit : SEPARER

-- le concours ETAPS, est ouvert à tous les brevetés d’Etat, de tous les sports et aux licenciés STAPS sans équivalence alors que LA PLUPART NE PEUVENT PAS TRAVALLER EN PISCINES faute d’avoir le MNS ou équivalence.

-- d’un concours spécial réservé aux MNS, BEESAN, BPJEPS AAN et équivalences pour travailler dans les piscines et plages.

Soyons clairs : le but de notre FMNS n’est pas de barrer la route aux BNSSA, en les empêchant de faire carrière. Au contraire, les BNSSA doivent recevoir une formation complémentaire pour obtenir un brevet de MNS en leur donnant la compétence pour surveiller + enseigner, qui leur permettra de vivre de leur travail et non pas de les limiter éternellement à un emploi précaire de surveillant à quelques euros du SMIG. Cette formation complémentaire portant sur l’enseignement, l’hygiène et la réglementation, ne demande pas une année à temps plein et 6 500 euros, en devant parcourir à l’inscription un 800 mètres chronométrés alors qu’aucune baignade, aucune piscine ne mesure 800 mètres de large.

            Notre FMNS constate que l’ANDES regroupe des élus locaux chargés du sport, qui n’ont qu’une envie recruter des BNSSA : du personnel sous payé pour effectuer la surveillance et pallier au manque de MNS sans aucun plan pour alléger le BPJEPS-AAN ou diminuer les coûts de formation. En résumé, ces élus veulent avoir une main d’oeuvre à bas prix. Peu importe qu’elle soit complètement instable avec des salaires trop faibles.

En résumé l’ANDES, avec ses propositions désastreuses, parviendrait à éliminer la profession de MNS-Etaps, au profit de BNSSA encore plus précaires, encore moins payés que les MNS. Nous devons considérer l’ANDES comme des adversaires. Elle fait concurrence à l’AMF (Association des Maires de France). Elle est peu écoutée dans les ministères.

            Nous ne pouvons pas compter sur elle pour sauver la profession des formations trop longues et trop chères.

            Pas étonnant qu’elle ait diffusé un tract en prônant l’Aisance Aquatique « en partenariat avec la FNMNS» (toujours présente pour les coups tordus contre les MNS) - FIN