F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 258 du 6.9.2022

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

------------------------------------

La « Lettre du Mardi » de notre FMNS n° 258

du 6 septembre 2022     expédiée le 8.9.2022

TOUS nos collègues BPJEPS AAN et BNSSA ont intérêt, comme jamais, à faire partie de notre FMNS.

La seule à les défendre et à les informer, s’ils ne veulent pas tout perdre !

Ils doivent nous demander un bulletin d’adhésion par mail ou par téléphone.

La force d’une fédération est constituée par le nombre de ses membres.

Nous demandons à TOUS nos adhérents de nous communiquer par mails les noms, prénoms et mails de leurs collègues, hors FMNS.  Leur autorisation n’est pas nécessaire puisque cela ne les engage a rien, mais permet de les informer et de les sensibiliser au minimum avec cette «Lettre du Mardi».

=======================

La nuit et brouillard qui nous attendent :

-- Manque de gaz à partir de fin décembre 2022,

-- Fermeture de beaucoup de piscines,

-- Chômage

-- Pour limiter les conséquences….

Nous avons lu et entendu ces derniers jours qu’un certain nombre de piscines avaient fermé et qu’un DSP (Délégataire de Service Public) : «Vert Marine» en avait fermé un bon nombre en raison de la hausse pourtant partielle et provisoire du gaz. Il est vrai que la fermeture des piscines touche particulièrement notre profession, puisque bon nombre de formations de BNSSA et de BPJEPS-AAN risquent d’être annulées ou d’être interrompues en cours. Pire encore, vu que les BNSSA et certains BPJEPS AAN sont formés par des associations, qui en général n’ont pas beaucoup de fonds en provisions, ces associations risquent de se retrouver en cessation de paiement ou en faillite en cours de stage, en devant donc les interrompre sans pouvoir les rembourser.

            Beaucoup de collègues sont employés en CDD (dans le privé) ou auxiliaires ou stagiaires (dans le public), pour un temps déterminé. Une fois «ce temps déterminé» ou immédiatement en raison de ce «cas de force majeure» les employeurs publics et privés ont le droit, sans autre justificatif, de licencier ces collègues. Alors que le marché du travail manquait de MNS et de BNSSA tout l’été, nous risquons de nous retrouver vers la fin de cette année avec beaucoup de MNS, BEESAN, et BPJEPS AAN cherchant du travail. D’un autre côté, le président Macron est en train de modifier les règles du chômage : Aujourd’hui il faut avoir cotisé 6 mois sur 24 mois pour en percevoir. S’il rallonge cette période de 6 mois, il élimine du chômage tous les saisonniers qui vont se retrouver au RSA (à la mendicité).

            Il est donc nécessaire, sans se lancer dans des diatribes politiciennes, alors que notre FMNS se veut apolitique, d’essayer de distinguer le vrai du faux en faisant appel à notre bon sens pour prévoir l’importance et les dates de début de pénurie réelle et de catastrophe pour certains 

En temps de guerre, et «nous sommes en guerre», selon le Président Macron, les ennemis ont toujours manié le mensonge pour cacher la vérité sur leur déboires ou sur leurs ambitions sanglantes :

Exemple en Irak on nous a soutenu que Sadam Hussen avait une arme de destruction massive, pour l’assassiner. En Roumanie on nous a montré les cadavres d’enfants à la TV, qui auraient été tués, ensuite le président Ceausescu et sa femme ont été assassinés. On nous a expliqué quelques temps après que ces cadavres avaient été sortis d’un cimetière pour les photos. En Lybie on nous a expliqué que Kadhafi était le pire des hommes, alors qu’il n’avait attaqué personne. Il a été assassiné en étant prisonnier et ses assassins et commanditaires n’ont jamais été ni poursuivis, ni jugés etc. etc

            Actuellement la presse nous trompe sur plusieurs actualités qui ont plus ou moins de conséquences.

1° Il y a un mois Poutine aurait été «à la dernière extrémité et tenait avec des piqûres». Un mois après, il parait en pleine forme.

2° Plus grave : nous aurions rempli 92 % de nos réserves de gaz. Mais on nous dit plus rarement que nos réserves de gaz représentent deux mois de consommation. Autrement dit si Poutine nous coupe complètement le gaz (ce qui paraît inévitable) : nous serons en grandes difficultés aux alentours de Noël. L’Algérie ne peut entièrement le remplacer. Le gaz des USA demande «la construction d’usines qui prendrait trois ans».

            Avant de  couper le gaz aux logements, il est évident que le gaz sera coupé aux établissements qui n’ont pas une importance vitale, dont les piscines !

3° M. Macron nous a expliqué qu’on allait échanger du gaz (que nous n’’avons pas) avec les allemands, contre de l’électricité (qui en manquent en ayant abandonné le nucléaire). Rappelons que lorsqu’une mine de charbon est abandonnée, elle s’immerge DEFINITIVEMENT et elle ne peut généralement pas être remise en marche. Les couloirs seraient particulièrement dangereux. Là encore, on nous ment, y compris si on peut restaurer quelques rares mines non immergées.

A quoi devons-nous, nous préparer ?

1° Une hausse importante du prix du gaz ou de l’électricité, puis un manque de gaz et d’électricité

2° La fermeture de beaucoup de piscines municipales et à gestion privée.

3° Le non renouvellement de la majorité des contrats d’auxiliaires, de CDD et de stagiaires en fin de contrat ou le licenciement immédiat conforme à la loi pour «cas de force majeure».

3° Dans le privé : de la mise en chômage technique des CDI,

Dans le public :  de l’affectation des titulaires dans un autre service (sur un stade, dans la rue contre la délinquance, dans un EPHAD, dans un bureau etc).

Rappelons que la loi Mazaud (un Brevet d’Etat - pour un sport) ne s’applique pas à la fonction publique. Un MNS-ETAPS, cadre B, peut se retrouver chef jardinier cadre B, même s’il n’a jamais entretenu un pot de fleurs. (c’est déjà arrivé).

Ce que nous devons faire :

1° Pour les titulaires (du public) et les CDI (du privé) : être arrangeants envers les employeurs et ne pas refuser des tâches qui seraient très éloignées du sport

2° Pour les auxiliaires du public ayant plus de 6 ans d’ancienneté dans le public, réclamer TOUT DE SUITE leur CDIsation par LRAR (consulter avant notre FMNS).

3° Pour les CDD dans le privé : réclamer un CDI le plus vite possible

4° Dans le public pour les reçus au concours ETAPS : demander une place de stagiaire de suite par LRAR (l’employeur n‘est pas obligé d’ouvrir un poste).

5° Pour les auxiliaires du public non reçus au concours ETAPS, et les CDD du privé prévoir et préparer une autre orientation qui pourrait servir de «bouée de secours » (éviter les carrières dans le sport).

6° Pour les futurs apprentis BNSSA et BPJEPS-AAN : ne pas s’engager avant le mois de janvier 2023 sur un stage dépassant ce mois de janvier (y compris s’il est subventionné) au risque de perdre leur temps et leur argent....

            Nous y verrons plus clair fin janvier 2023 !

-------------------------------------------------

**La hausse des salaires à compter du 1er juillet 2022

(revalorisation du point d’indice (décret n°2022-994 du 7.7.2022) et du SMIG.

Notre FMNS publiera mardi prochain 13 septembre 2022, à destination de nos seuls adhérents FMNS, les nouvelles grilles indiciaires à effet rétroactif qui justifieront une demande de rappel des salaires à compter du 1er juillet 2022.

-----------------------

Bonne chance à tous. Nous en aurons sûrement bien besoin !

Pour le conseil d’administration de la FMNS.

Le secrétaire général : J.M.Lapoux FIN