F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 261 du 20.9.2022

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

-----------------------------------

La Lettre du Mardi de notre FMNS

n° 261 du 20.9.2022 expédiée le 20.9.2022

 

Franceinfo et notre FMNS :

Tarif du gaz : il a été souvent multiplié par QUATRE

Le gel des tarifs se termine le 1er janvier 2023

Fermetures de beaucoup de  piscines A PREVOIR !

- Le gaz, pourquoi est-il si cher ?

- Ne dit-on pas que la France a peu besoin du gaz russe ?

La hausse du prix du gaz avait débuté dès 2021, du fait de la brutale reprise économique qui a suivi la levée de la plupart des restrictions sanitaires contre le Covid-19. Mais l'invasion de l'Ukraine par la Russie est la principale raison de la flambée des prix. Avant la guerre, 40% du gaz consommé dans l'Union européenne provenait de Russie. Et si la France est un des pays de l'UE qui dépend le moins du gaz russe, il représentait tout de même 17% de sa consommation en 2021. Pour Moscou, cette situation est devenue un levier permettant de punir les pays européens qui soutiennent Kiev et lui imposent des sanctions. Depuis le 1er septembre, l'entreprise russe Gazprom a ainsi cessé toute livraison de gaz à la France, se justifiant par un désaccord contractuel avec Engie. Plus largement, l'Europe est privée d'une grande partie du gaz qu'elle importait de Russie, et doit se préparer à une coupure totale et définitive du robinet.

            La France tente de trouver des alternatives, mais celles-ci sont plus coûteuses : acheter du gaz à des fournisseurs lointains comme le Qatar et les Etats-Unis oblige par exemple à le transporter par bateau, sous forme liquéfiée, et à disposer des équipements permettant de le transformer à son arrivée. (les nouvelles usines demandent 3 ans de construction). Les prix sont aussi tirés par le haut par la forte demande sur le marché, observe Thomas Pellerin-Carlin, directeur du centre énergie de l'Institut Jacques-Delors. D'une part, les acheteurs "anticipent une pénurie et des prix qui pourraient être encore plus élevés en janvier" ; de l'autre, il faut acheter rapidement du fait de "la pression politique mise pour remplir les stocks de gaz", en France mais aussi chez nos voisins.

Les réserves de gaz en France sont presque pleines mais représentent DEUX MOIS de consommation.

            Par ailleurs, les cours ne se reflètent pas directement sur la facture des ménages français : le gouvernement a décrété le gel des tarifs du gaz à leur niveau d'octobre 2021, pour les personnes qui paient le tarif réglementé. Sans cette mesure, qui doit prendre fin le 1er janvier 2023, la hausse moyenne de la facture de gaz des ménages aurait été trois fois plus importante, selon l'Insee.

Dans combien de temps peut-on espérer sortir de cette crise ?

Il est trop tôt pour en être sûr. D'autant que certains facteurs sont très imprévisibles : impossible de faire des paris sur l'issue de l'invasion de l'Ukraine par la Russie, ni sur ce qu'il adviendra du gaz russe à la fin de la guerre.

            Mais les experts interrogés par franceinfo s'accordent sur le fait que c'est une affaire de plusieurs années, pas de quelques mois. "Les prix de marché de l'électricité", où les MWh qui seront produits en 2023 atteignent des records, "illustrent assez bien que cette situation va durer au moins jusqu'en 2024", explique Nicolas Goldberg. Dans deux ans, le parc nucléaire français "aura passé le pic de visites décennales", rappelle-t-il, et le plan pour remédier au problème de corrosion devrait être plus avancé : deux raisons d'espérer que la production d'électricité nucléaire retrouvera un niveau plus normal.

            "Le Premier ministre belge, a dit [le 22 août] qu'il fallait se préparer à 5 à 10 hivers difficiles", souligne Thomas Pellerin-Carlin. "Ça me semble un horizon raisonnable". Comme son confrère, il souligne l'importance "d'un investissement massif dans la rénovation des bâtiments et le déploiement du renouvelable" pour s'adapter au plus vite à cette nouvelle donne.

Rappel FMNS :  les MNS, BEESAN , BPJEPS AAN doivent TOUT faire pour stabiliser leur situation !

-- Pour les employés du privé : chercher dans le public.

-- Pour les agents ayant plus de 6 ans dans le public réclamer par LRAR leur CDIsation

-- pour les reçus au concours ETAPS : réclamer une stagiarisation LE PLUS VITE POSSIBLE par LRAR (y compris s’ils ne veulent pas rester avec le même employeur).

-- Pour les agents du privé : refuser des CDD et des CDI à temps partiel.

-- Si une mairie reprend la gestion de sa piscine au privé, elle doit respecter les CDI qui deviennent «CDI de la fonction publique». Surtout ne pas démissionner ou ne pas accepter un emploi d’auxiliaire (CDD) si l’agent avait un CDI.

Consultez notre FMNS AVANT de signer.

Notre FMNS diffuse un listing d’offres d’emploi tous les 13 jours environ. La diffusion est gratuite mais réservée à nos adhérents.

En cas de difficultés, consultez notre FMNS en produisant un récapitulatif des contrats par ordre chronologique, indiquant le cadre d’emploi et la durée de chacun.

Le secrétaire général : J.M.Lapoux