F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81
La Lettre du Mardi n° 266 du 25.10.2022

Lettre du Mardi de notre FMNS n° 266 du 25.10.2022

Expédiée le 26.10.2022

---------------------------

I - Refonte du BPJEPS-AAN : le ministère des sports, en créant une commission de plus de 40 «présents», tente de noyer le problème malgré une mise en demeure du Gouvernement.

Suite aux 60 interventions des députés à l’Assemblée Nationale, incités par notre FMNS

Suite aux multiples articles de notre FMNS dans la presse nationale,

Suite à la mise en demeure du Gouvernement, de modifier le BPJEPS-AAN avant le 31.12.2022, le ministère des Sports avait réuni, ce 19 octobre 2022, les fédérations professionnelles de MNS en une énième réunion visio-conférence.

Les problèmes qu’engendre ce BPJEPS-AAN trop long et trop cher :

-- Il freine ou empêche la formation professionnelle

-- Il empêche l’apprentissage de la natation dans beaucoup de piscines par manque de MNS

-- Il contraint au chômage beaucoup de lycéens, d’étudiants à cause d’une formation trop longue et trop chère (6.500 euros + hébergement + déplacements = plus de 10.000 euros)...

Le ministère n’a rien trouvé de mieux que de programmer «Les états généraux de la natation» pour réunir tous azimuts : plus de 40 représentants d’organismes, qui pour la plupart, n’ont rien à voir avec la formation ou l’emploi des MNS, «Pour noyer un problème créez une commission».

Les autres «fédérations» de MNS (toujours en dehors de l’intérêt des MNS), se sont rangées derrière cette débâcle et certaines ont même proposé de convoquer encore plus d’organismes dans une salle encore plus grande, sans se rendre compte que leur temps de parole va se réduire à 3 ou 4 minutes !

Notre FMNS a rappelé au contraire que tout le monde est très au courant depuis au moins deux ans des méfaits que subissent le marché du travail et l’apprentissage de la natation par :

1° Une formation trop longue,

2° Une formation trop chère,

3° Un manque de candidats aux stages... et de brevetés sur le marché du travail

4° La fermeture des piscines où leur fonctionnement sans apprentissage de la natation faute de personnel.

Les illuminations du ministère des Sports, dont celles de deux agents : Mr Pierre OLLIVIER et Mme Patricia FONTANILLAS, qui depuis des années ne veulent rien voir et rien entendre, PARALYSENT TOUT.

5° Beaucoup de BNSSA et de BPJEPS-AAN décrochent, sans pouvoir évoluer vers une situation stable, avec un salaire qui ne leur permet pas de vivre en saison sans une contribution des parents.

Dans certains départements côtiers, dont la Charente Maritime, l’Aude, l’Hérault, les Bouches du Rhône..., beaucoup de BNSSA, sur les plages, ne sont même pas déclarés à la Sécurité Sociale, Pôle Emploi, caisses retraites et sont embauchés «au noir» comme «pompiers volontaires bénévoles». C’est ainsi qu’on retrouve des collègues, avec une retraite de misère (800 à 1000 euros par mois), à plus de 70 ans au travail.

Une quantité de BNSSA et de BPJEPS-AAN s’enfuient dès la fin de la 1ère saison, parfois même avant.

Notre profession de MNS n’est vraiment plus à conseiller, alors qu’actuellement notre FMNS engage plusieurs procédures administratives contre certaines mairies, qui ne veulent même pas CDIser après 6 ans d’ancienneté. Ce qui est tout à fait illégal ! Les agents se retrouvent encore, après 6 ans, en tant qu’auxiliaires (CDD) et se voient refuser tout emprunt pour acheter une voiture ou une maison... ou pour simplement louer un logement !

II - Noyades mortelles des 3 enfants à CHALONS sur SAONE le 8.7.2018 - Report de l’audience, hier le 25.10.2022.

Aujourd’hui, 26 octobre 2022, le maire est assigné à comparaître devant le tribunal correctionnel.

Le dossier est donc renvoyé à l’année prochaine 2023 (5ème année).

Les faits : 3 enfants : 9, 10 et 13 ans se baignaient dans le lac des Prés St-Jean. Les bords et le fond étaient anormalement pentus. Les enfants ont glissé et sont morts noyés, tandis que la belle-mère, qui les gardait, était trop éloignée, elle n’a rien vu et rien entendu !

Pendant 4 ans, les poursuites se sont focalisées sur cette belle-mère.

Aujourd’hui, l’avocat de la mère des enfants a réussi à faire assigner le maire de Chalons / Saône pour défaut de signalisation d’un danger réel. La signalisation n’était affichée qu’en mairie. La mère des enfants a organisé de multiples «marches blanches», qui ont enfin décidé le parquet à poursuivre aussi l’élu. Affaire à suivre en 2023.... Notre FMNS y assiste pour vous rendre compte.

III - Fin de la période imposée pour présenter les dossiers de demande de subventions pour les établissements consommant beaucoup d’énergie (dont les piscines).

On peut prévoir qu’une nouvelle réglementation va se mettre en place. Notre FMNS ne manquera pas d’en informer nos adhérents dans notre revue mensuelle support papier «Enseigner et Sauver».

IV - CDIsation : TRES TRES URGENT !

Nous renouvelons nos recommandations aux MNS, BEESAN, BPJEPS-AAN qui ont dépassé les 6 ans d’ancienneté au service de la même collectivité locale (mairie ou Com. de Com.).  Ils doivent demander par lettre recommandée avec A.R. leur Cdisation LE PLUS VITE POSSIBLE. Ne pas se contenter de promesses verbales. Ne pas attendre la diminution ou la suppression de personnels, suite à la fermeture de beaucoup de piscines, qui sera inexorable après le 1er JANVIER 2023 : date de la fin du plafonnement du prix du gaz. Pour ce cas de «force majeure» un employeur peut licencier sans respecter un contrat ou arrêté de nomination ! Notre FMNS se tient à la disposition de TOUS ses membres pour analyser et constituer leur dossier. Une négligence ou un retard à ce sujet peut être CATASTROPHIQUE POUR TOUTE LEUR CARRIERE FIN