F.M.N.S
Tél. 05.57.19.18.60
LA LETTRE DU MARDI n° 325 A et P du 25.6.2024

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 – 05 57 19 18 60 —  mail :  Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

La Lettre du Mardi de notre FMNS n° 325 A et P du 25.6.2024

expédiée le 25.6.2024

--------------

Il faut arrêter de parler de « noyade sèche », ça n’existe pas

On fait le point avec le pédiatre urgentiste de "To be or not Toubib".

            Une noyade sèche, qu’est-ce que c’est ? D’après la légende, ça serait tout simplement la mort, plusieurs jours après avoir bu la tasse, le tout sans eau dans les poumons, sans suffocation, et sans signes d’alerte. En gros, l’enfant boit la tasse, il crache un bon coup et ça va mieux, pourtant, plusieurs jours après, pouf, il n’y a plus personne. Heureusement, c’est complètement faux, et la noyade sèche n’existe pas.

La noyade sèche est une "fake news"

La noyade dite « sèche », à « retardement » ou encore « secondaire » est une légende urbaine qui serait née en 2017, après le décès soudain d’un enfant 72 heures après avoir bu la tasse. Pas de signes annonciateurs, pas d’étouffements, mais l’enfant a succombé.

            Alors qu’en fait, l’autopsie de l’enfant a révélé que son décès était dû à une myocardite, une inflammation du muscle cardiaque.

Rien à voir avec une noyade, mais c’était trop tard : la machine était lancée, et la légende était née.

            Un enfant qui a bu une grande quantité d’eau est à surveiller dans les heures qui suivent. Mais mourir d’une noyade sèche 72 heures après avoir fait une brasse coulée, non, ça n’est pas possible -- Manon Portanier, journaliste scientifique FIN

-----------------

Quels traitements pour soulager une piqûre de vive ?

Dr Bernard-Alex Gaüzère, Université de Bordeaux et co-auteur de l'ouvrage "Splendeurs et dangers de la faune marine". P. Aubry. B-A Gaüzère – Éditions Xavier Montauban, Paris, 2010

Chauffer la zone de la piqûre afin de dénaturer les protéines qui constituent la toxine. "Le venin de la vive étant thermolabile (c'est-à-dire qu'il est détruit par la chaleur), il faut chauffer la zone de piqûre. Plus on le fait tôt et moins la douleur va durer", conseille-t-il. Le mieux est d'utiliser de l'eau chaude surtout pas brûlante, à 45°C, pendant 15 min. Un sèche-cheveux dirigé vers la plaie peut aussi être utilisé. Prudence en revanche avec une cigarette allumée pour chauffer la blessure. Il y a un risque de brûlure.

Désinfecter la plaie avec de la Bétadine par exemple.

"Comme du sable est rentré dans la plaie, il convient de vérifier le statut vaccinal vis-à-vis du tétanos, en particulier à partir de la soixantaine où la personne n'est souvent plus à jour de ses vaccinations" conseille le Dr Gaüzère.

Lorsque c'est possible : essayer de retirer à la pince à épiler les fragments d'épine.

Côté prévention, il est recommandé de se baigner en chaussures de plage et que les plongeurs et pêcheurs amateurs portent des gants.

Faut-il uriner sur une piqûre de vive ?

Uriner dessus, frotter avec du sable ou mettre des glaçons ne servent à rien.

"Uriner sur la plaie est une mesure fantaisiste, cela ne fonctionne pas (l'urine n'est pas à 45°C et il faut que l'application de chaleur dure au moins 15 min), tout comme placer des glaçons sur la plaie, la frotter avec du sable ou encore appliquer du citron. Il ne faut pas inciser la plaie et il n'est pas nécessaire de mettre un garrot pour une toxine pas très dangereuse", indique notre expert.

Note FMNS : sur toute plage de sable où il est susceptible d’y avoir des piqûres de vives, les surveillants sauveteurs doivent avoir prévu et organisé de se ravitailler rapidement en eau chaude, par exemple avec le gérant d’un débit de boissons près de la plage. FIN

------------------------

Lac de Cazaux en Gironde le dimanche 23 juin 2024 vers 17h

Un adolescent de 12 ans est décédé  à la suite d’un accident de bouée tractée

Les pompiers ont déployé d’importants moyens pour retrouver la victime. L’hélicoptère de la Sécurité civile Dragon33, une équipe de sauveteurs aquatiques, des plongeurs ainsi qu’une équipe cynophile ont été mobilisés. L’enfant a été retrouvé dans l’eau au bout de deux heures de recherches. Une famille de Castelnau-Médoc était partie naviguer sur le lac. Huit personnes se trouvaient à bord alors que deux enfants étaient tractés par une bouée. Le père de famille s’était fait prêter le bateau par un ami. Les eux enfants sont tombés de la bouée et l’un d’eux est passé sous la coque avant de disparaître sous les eaux. Le pilote de l’embarcation, choqué, a néanmoins été placé en garde à vue quelques heures au commissariat d’Arcachon, le temps de permettre aux policiers de diligenter la procédure judiciaire FIN