F.M.N.S
Tél. 05.24.61.44.81

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

 

LA F.M.N.S propose une assurance spéciale pour les BEESAN, MNS, BPJEPS-AAN et licences STAPS (avec équivalence MNS), les BNSSA.
Elle publie tous les mois une revue professionnelle "Enseigner et Sauver".

Elle publie toutes les semaines par mails les informations sommaires de notre branche dans "La Lettre du Mardi".

 Elle anime en métropole DOM et TOM le principal bureau de diffusion des offres d'emplois (carrière et saison).
Ses membres bénéficient toute l'année d'une assistance défense  par des professionnels - juristes

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

 

 

 
La Lettre du Mardi n° 95 du 11.12.18

« La Lettre du Mardi de notre FMNS»

n° 95 du 11.12.2018

Informations hebdomadaires gratuites par mail

à toute notre branche professionnelle ou saisonnière.

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT (près Bordeaux)

nouveau numéro tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

-----------------------

Toute personne hors FMNS peut s’inscrire gratuitement à notre «La Lettre du Mardi» par mail.

            Il lui suffit de nous communiquer son nom, prénoms, adresse postale et mail personnels.

            Par contre, hors FMNS,  nous n’avons pas les moyens d’assurer un bureau de renseignements ou une défense après une noyade, un accident ou un conflit du travail.

-------------------------

n Sport dans une association, sans compétition,

est-on obligé de souscrire une licence à une fédération ?

Débats à l’Assemblée Nationale du 11.9.2018

            QUESTION du DEPUTE :

M. Jean-Marc ZULESI attire l'attention de Mme la ministre des sports sur l'obligation qui est faite aux membres d'associations sportives de s'acquitter d'une licence fédérale. En effet, selon l'article L. 131-6 du code du sport, les statuts des fédérations sportives peuvent imposer que les membres adhérents des associations affiliées doivent être titulaires d'une licence sportive. Pourtant, d'autres textes législatifs précisent que la licence est à différencier de la simple adhésion à un club. En effet, la licence ouvre le droit aux personnes à effectuer des compétitions, ce qui n'est pas le cas de l'adhésion. Une simple adhésion à une association couverte par une assurance pourrait être adaptée aux sports de loisirs n'exposant pas ses adhérents à des risques particuliers et ce sans porter atteinte à la pérennité des associations sportives qui réalisent au quotidien un travail de qualité dans des installations essentiellement municipales méritant d'être occupées pleinement. Dans ces conditions, il l'interroge sur l'obligation de la prise systématique de licence, quand celle-ci est prévue par les statuts des fédérations, alors même que le pratiquant n'entend pas faire de compétition, et demande à la ministre de clarifier le dispositif actuel.

Réponse DE LA ministre des sports :

            L'article L. 131-6 du code du sport dispose à propos des fédérations sportives agréées que : « La licence sportive est délivrée par une fédération sportive ou en son nom. Elle ouvre droit à participer aux activités sportives qui s'y rapportent et, selon des modalités fixées par ses statuts, à son fonctionnement. Les statuts des fédérations sportives peuvent prévoir que les membres adhérents des associations affiliées doivent être titulaires d'une licence sportive ». Cette possibilité ne concerne que les fédérations sportives agréées en application des dispositions de l'article L. 131-8 du code du sport.

            Pour les autres fédérations ne disposant pas de cet agrément, elles ont la faculté de ne pas prévoir, dans leurs statuts, l'obligation de prendre une licence alors même que le pratiquant n'entend pas faire de compétition.

            Une réflexion sur la gouvernance du sport est actuellement en cours afin d'évaluer, dans quelles mesures, cette obligation pesant sur les adhérents des associations affiliées à certaines fédérations sportives agréées pourrait être modulée n

n Distance d’un orage

Comment calcule-t-on la distance d’un orage pour fermer ou non une piscine ou sur une plage, inciter les baigneurs à quitter les lieux  ?

Intervalle entre l’éclair et le tonnerre

-- Vitesse de la lumière 299 792 kms/seconde = 0

-- Vitesse du son 340 mètres /seconde

soit environ 1 km en 3 secondes

            Donc en comptant le nombre de secondes qui séparent la vision de l'éclair et le bruit du tonnerre et en divisant le nombre de secondes par 3, on aura le nombre de kilomètres.

(Par exemple, 6 secondes séparent l'éclair du tonnerre : l'orage est situé à 2 km du lieu où l'on est.)

À partir de quelle distance l'orage est-il considéré comme dangereux ?

            Si vous pensez qu'un, deux ou trois kilomètres vous assurent une sécurité suffisante, vous avez malheureusement tort. Les éclairs peuvent devancer l'orage de près de 15km. Cela arrive rarement mais suffisamment pour vouloir protéger les baigneurs et autres usagers rapidement. Généralement, on considère que le danger est moindre à partir de 20 secondes et plus, sauf si l'orage avance dans votre direction.

En cas d’orage pour protéger au mieux les usagers dans une piscine :

1° Les faire entrer dans les bâtiments,

2° Fermer portes et fenêtres,

3° Les faire rhabiller et surtout chausser,

4° Veiller à ce que tout le monde :

            -- soit chaussé,

            -- ne soit pas en contact avec du métal (rampe, grille, chaise, poutrelle, câble...).

Ce qu’il ne faut pas faire :

partout :

-- Laisser des baigneurs dans l’eau ou sous les plongeoirs ou sous des arbres. Bannir les parasols.

-- Laisser partir les enfants hors de l’établissement...

Sur les plages, lacs, rivières

rester à cté d’un mat de voilier ou sous un arbre ou sous un parasol avec pied en métal.

Le meilleur endroit pour se protéger rapidement en bordure de plage :

la voiture, en fermant portes et vitres.

------------

Afin d'éviter des erreurs de langage, il faut préciser

-- une personne tuée par la foudre est foudroyée,

- une personne blessée ou commotionnée est fulgurée n

 

 
Feuilletez gratuitement la dernière revue "Enseigner et Sauver" disponible en ligne

 

Cliquez ici pour ouvrir la revue au format PDF

 

 
 
Qui est en ligne