F.M.N.S
Tél. 05.57.19.18.60

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

 

LA F.M.N.S propose une assurance spéciale pour les BEESAN, MNS, BPJEPS-AAN et licences STAPS (avec équivalence MNS), les BNSSA.
Elle publie tous les mois une revue professionnelle "Enseigner et Sauver".

Elle publie toutes les semaines par mails les informations sommaires de notre branche dans "La Lettre du Mardi".

 Elle anime en métropole DOM et TOM le principal bureau de diffusion des offres d'emplois (carrière et saison).
Ses membres bénéficient toute l'année d'une assistance défense  par des professionnels - juristes

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

 

 

 
LA LETTRE DU MARDI n° 308 A et P du 27.2.2024

La Lette du Mardi de notre FMNS n° 308 du 27.2.2024

expédiée e 28.2.2024

-----

Le syndicat SNPMNS de Paris tourne casaque

contre notre profession :

Ce syndicat qui avait collaboré avec notre FMNS en 2022, pour lutter contre le BPJPS AAN actuel, beaucoup trop long et beaucoup trop cher, pour réclamer un BP bien plus court et bien moins cher, a été tenté par les importantes sommes d’argent manipulées. Il demande maintenant aux MNS de la région parisienne les coordonnées des BNSSA pour les diriger vers ce cul de sac.

Il était bien évident qu’un BPJEPS-AAN à 6500 euros (voire 12 000 euros sur la région de Nice-Marseille) à préparer pendant une année à temps plein :

1°/ empêche les étudiants, les lycéens, les gendarmes, les pompiers, les profs des écoles …. de préparer ce brevet

2°/ Par conséquence un manque de MNS et de BP sur le marché du travail

3° Par conséquence la fermeture de bon nombre de piscines et l’arrêt de tout enseignement dans beaucoup de piscines

4/ Conséquence pour éviter les fermetures : l’arrivée des BNSSA à la place des MNS, BEESAN, BPJEPS AAN. C’est ce qui a été fait par le décret du 3.6.2023 : les employeurs peuvent maintenant ouvrir toute l’année une piscine SANS MNS, SANS BEESAN, SANS BPJEPS AAN, sans dérogation en payant moins cher.

La quasi totalité des BNSSA, sont eux mêmes empêchés de devenir BP et sont spoliés par cette organisation lamentable.

Ce «syndicat de MNS» qui ne représente pas grand chose en France pourra-t-il se renflouer les caisses au détriment de notre profession et de tout apprentissage de la natation ? Il faudrait quand même que TOUS nos collègues soient au minimum informés avant d’aller payer chez eux une cotisation syndicale pour se voir détruire notre métier ou notre activité saisonnière. Il ne s’agit plus d’une concurrence entre fédérations mais de la survie pure et simple de notre profession et de notre activité saisonnière. Il est du devoir de chacun d’informer autour de lui.

         Notre FMNS demande donc à CHACUN, de nous envoyer par retour de mails : les noms, prénoms et mails de ses collègues (MNS, BEESAN, BPJEPS AAN, BNSSA) (qui travaillent ou non) pour les informer gratuitement et sans engagement par cette «Lettre du Mardi». Il est du devoir de chacun de nous répondre, si nous voulons que notre brevet existe encore dans quelques mois. Nous n’avons pas besoin de l’autorisation des collègues pour leur envoyer gratuitement « La lettre du Mardi» qui les informe, mais ne les engage à rien.   

---------------------

Congés pour enfant malade : caractéristiques et durée

La Convention collective du sport n°2511 ne traite pas le sujet.

            Chaque salarié ayant à charge un enfant malade ou accidenté peut bénéficier d’un congé lui permettant de prendre soin de son enfant. Ce congé enfant malade de trois ou cinq jours est accordé par l’employeur sur présentation d’un certificat médical. En cas de maladie, d’handicap ou d’accident d’une particulière gravité, le salarié peut bénéficier d’un congé plus long appelé “congé de présence parentale”. Condition, durée et indemnités, focus sur le congé pour enfant malade.

Qu'est-ce que le congé pour enfant malade  ?

            Le congé pour enfant malade permet aux salariés de s’absenter quelques jours afin de s’occuper de leur enfant malade ou accidenté. Il est accordé à tous les salariés ayant un enfant malade ou accidenté de moins de 16 ans dont ils assument la charge.

Comment faire une demande d'absence pour enfant malade ?

            Pour bénéficier de ce congé, le salarié doit adresser à son employeur le certificat constatant la maladie ou l’accident dont est victime l’enfant. L’employeur ne peut pas refuser la prise d’un tel congé dès lors que la production du certificat médical est effectuée.

À noter : aucune condition d’ancienneté du salarié ne peut être imposée pour bénéficier du congé enfant malade.

Combien de jours peut-on prendre pour s'occuper de son enfant malade ?

Code du travail : article L1225-61

            Le salarié bénéficie d'un congé non rémunéré en cas de maladie ou d'accident, constatés par certificat médical, d'un enfant de moins de seize ans dont il assume la charge au sens de l'article L. 513-1 du code de la sécurité sociale.

            La durée de ce congé est au maximum de trois jours par an. Elle est portée à cinq jours si l'enfant est âgé de moins d'un an ou si le salarié assume la charge de trois enfants ou plus âgés de moins de seize ans.

---------------------------------------

Attention ne pas confondre avec le «congé pour présence parentale pour enfant à charge dont l'état de santé nécessite une présence soutenue et des soins contraignants».

Textes de références :

Code du travail : articles L1225-62 à L1225-65

Bénéficiaires, durée, renouvellement, situation du salarié, fin du congé

Code du travail : articles R1225-14 à D1225-17

Demande de congé

Code de la sécurité sociale : articles D544-1 à D544-10 FIN
 
LA LETTRE DU MARDI n° 306 P du 13.2.2024

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 – 05 57 19 18 60 —  mail :  Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

La Lettre du Mardi n° 306 P de notre FMNS du 13.2.2024

expédiée le 13.2.2024

---------------------------------------------- 

RAPPEL : la validité des PSE1 et 2

et de leurs révisions est prolongée d’un an

Dans notre «Lettre du Mardi n° 300 A BIS du 2 janvier 2024», nous avons diffusé ce texte officiel. Or nous constatons que bon nombre de nos collègues n’y ont pas porté attention et vont se présenter auprès de certains organismes de formations, qui paraissent ne pas être plus informés, et organisent ces révisions en 2024.

Nous rappelons que  les PSE1 et 2 et leurs révisions passés entre le 1er janvier 2023 et le 31 décembre 2023 sont valables jusqu’au 31 décembre 2025.

Vous pouvez rechercher et imprimer ce texte

-- depuis notre Lettre du Mardi n °300 A BIS du 2.1.2024

-- le redemander à notre FMNS (en étant membre FMNS)

Nous vous conseillons de posséder ce texte support papier car des employeurs et des représentants de la Jeunesse et Sports, risquent encore de l’ignorer et de vous réclamer cette révision.

Les candidats à la révision du MNS : le Caep-MNS

et les candidats à la révision du BNSSA peuvent donc présenter leur révision PSE1 ou 2 de 2023 et le pourront jusqu’au 31.12.2025.

Les candidats qui n’ont pas passé leur révision PSE1 OU PSE2 en 2023 risquent d’avoir du mal à trouver un organisme de formation puisque ces révisions PSE1 et  2 ne sont plus à l’ordre du jour (demandez si vous êtes membre de notre FMNS la liste nationale des organisateurs de formations à notre FMNS).

La validité de tous ces examens ou révisions (Jeunesse et Sports et Sécurité Civile) est comptée en années «civiles» = se terminant  le 31 décembre.....

(Plus de précisions sont réservées aux membres de notre FMNS).

---------------------

Le gouvernement veut-il durcir encore les règles du chômage

pour le faire diminuer artificiellement ?

            Alors que les règles de l’assurance-chômage devraient être assouplies en cas de dégradation de la situation économique, le gouvernement pencherait plutôt pour les durcir, selon les centrales syndicales.

            Alors que le chômage est en hausse pour le deuxième trimestre consécutif en France, selon les chiffres publiés fin janvier par les services du ministère du Travail, les syndicats appellent le gouvernement à respecter ses engagements et à assouplir les règles de l’assurance-chômage.

            Une durée d’indemnisation modulée en fonction de la conjoncture économique.

Pour rappel, depuis le 1er février 2023, un dispositif de modulation de la durée d’indemnisation en fonction de la situation du marché du travail est entré en vigueur pour la plupart des travailleurs privés d’emploi dont la fin de contrat de travail intervient à partir de cette date. L’idée est de durcir les règles d’indemnisation quand la situation du marché du travail est bonne et de les assouplir lorsque la situation économique se dégrade....

(la suite est réservée aux membres de notre FMNS) FIN

 

 

           

 
LA LETTRE du MARDI n° 304 A et P du 30.1.2024

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 – 05 57 19 18 60 —  mail :  Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

--------------------------------------

La Lettre Hebdomadaire du Mardi de notre FMNS n° 304 A et P du 30.1.2024

Expédiée le 30.1.2024

-----------------------------

« Si je ne suis plus ministre en plein exercice, je ne collaborerai pas..»

Stanislas GUERINI, était ministre de la Transformation et de la Fonction publiques. Il était chargé de la très importante réforme de toute la fonction publique. Entre temps, Emmanuel MACRON, voulant restreindre le nombre de ses ministres, pour tenter d’être plus efficace, ne l’a plus inclus dans le gouvernement actuel. Il devait être nommé «ministre délégué» dans la prochaine liste complétant le gouvernement. Mais Stanislas Guérini ne l’entend pas ainsi et il a fait savoir «si je ne suis pas ministre de plein exercice, je ne collaborerai pas!».

Pas étonnant que bon nombre de français ne votent plus en reprochant aux hommes politiques de ne penser qu’à leur carrière ! (à suivre)....

—————————

Document de la FFESSM (Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins)

« Piscines, fosses et sites en eau intérieure - Dispositions en matière d’aménagement des locaux et sites destinés à la plongée et aux sports subaquatique»

Résumé : si la plongée est un sport de nature, elle n’en demeure pas moins une activité pratiquée dans de nombreux sites aménagés, piscines et fosses en premier lieu mais également dans les lacs, carrières ou autres sites naturels.

           À travers l’édition de ce recueil, la Fédération Française d’Etudes et de Sports Sous-Marins, forte de sa connaissance des activités subaquatiques et de ses liens privilégiés avec

les clubs associatifs et professionnels, souhaite permettre à tous les responsables de clubs et d’équipements ainsi qu’aux porteurs de projets de mieux dimensionner les aménagements nécessaires à la pratique de la plongée sous-marine et des sports subaquatiques. Nul doute que ce guide sera d’une aide considérable dans la conception des nouveaux équipements.

La direction technique nationale de la FFESSM et sa division équipement restent à la disposition des porteurs de projets pour toute question relative à l’aménagement des sites de plongée.

L’équipe de rédaction : Jérôme Hladky et Wilfrid Cordier

Brochure de 76 pages accès gratuit sur internet — « aménagement subaquatique »

———————————————————

Nouvelle augmentation de 9,8 % des tarifs de l’électricité au 1er février 2024

Ne va-t-elle pas pousser bon nombre de piscines à la fermeture ?

Les augmentations pour beaucoup de piscines dépassent 200 000 euros  et les mairies ont perdu une partie des impôts locaux !

Les différentes hausses :

+ 4 % en février 2022,

+ 15 % en février 2023

+ 10 % en août 2023.

+ 9,8% au 1er février 2024

TOTAL + 38,80 %

On nous avait vendu la construction des centrales nucléaires :

nous devions avoir l’électricité la moins chère d’Europe !

——————————————————

Liquidations de DSP piscines :

Le tribunal administratif de Nantes a condamné, en novembre 2023, la Communauté de Communes de l’Ile de Noirmoutier (CCIN) à verser plus de 477.000 € à l’ancien exploitant d’Océanile, le « Centre Aqua-Récréatif » de L’Epine (Vendée), après la rupture de leur contrat en 2021 dans le contexte de la pandémie mondiale de Covid-19. Entre temps, ce DSP (délégataire de service public) était en liquidation.

—————————————————

Conférences régionales du sport : des beaux parleurs les poches vides

L’Agence Nationale du Sport, créée en 2019, était surtout chargée (sans le dire) de pallier les carences du ministère des sports. En organisant des «conférences régionales du sport» cette agence était censée «entraîner une mutualisation des équipements et des crédits». La difficulté c’est qu’il n’y avait ni de nouveaux moyens, ni de nouveaux crédits et que les collectivités locales, principales financeurs du sport en France, n’ont aucune envie de se faire dicter la direction de leurs investissements, alors qu’elles ne reçoivent rien ou pas grand chose de l’Etat. Aussi bon nombre de participants n’ont pas envie de perdre du temps dans ces discussions stériles et ne siègent plus à ces fameuses «conférences régionales du sport». L’Agence Nationale du Sport demande donc à ses représentants locaux d’aller chercher sur place les participants.

La Cour des Comptes déclarait : « La création de l’agence n’a entraîné à ce stade ni mutualisation des moyens, ni coordination des politiques publiques en faveur du sport et l’articulation entre le secteur public et le secteur privé est restée au niveau de l’intention».

Beaucoup d’agents de l’Etat ont de mauvaises relations avec les fédérations ou les associations sportives locales et n’osent même plus se rendre dans leurs bureaux.

------------------------------------------

Le procès des découvreurs du trésor de Lava a débuté hier 29 janvier 2024 et se termine ce jour 30 janvier devant le tribunal correctionnel de Marseille : deux plongeurs Félix Biancamaria et Jean Michel RICHAUD ont trouvé un trésor de très grande valeur, constitué de 1 200 pièces d’or romaines et d’un vase tordu valant entre 1 et 7 millions d’euros dans la baie  Corse à Lava. Ils ont revendu bon nombre de pièces (entre 3000 et 200 000 euros chacune) et ont été repérés lors d’une vente aux enchères à Monaco. Mis sous écoutes Biancamaria a été arrêté lors d’un de ses retours de Bruxelles avec le fameux vase en or. L’Etat lui en revendique la propriété comme objet faisant partie du patrimoine national « trésor national » et l’accuse de recel. Aucune épave n’a pourtant été identifiée. Par contre si le trésor a été trouvé sur la terre ferme, le découvreur : «l’inventeur» a droit à 50%  du magot. L’avocate de Biancamaria estime que le texte de loi protégeant le trésor est postérieur à la découverte et que de ce fait ce texte ne peut être appliqué à son client. Elle demande la relaxe. (affaire à suivre : nous la détaillerons dans notre revue papier mensuelle Enseigner et Sauver) FIN

 

 


 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 4 sur 24
 
Qui est en ligne