F.M.N.S
Tél. 05.57.19.18.60

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

 

LA F.M.N.S propose une assurance spéciale pour les BEESAN, MNS, BPJEPS-AAN et licences STAPS (avec équivalence MNS), les BNSSA.
Elle publie tous les mois une revue professionnelle "Enseigner et Sauver".

Elle publie toutes les semaines par mails les informations sommaires de notre branche dans "La Lettre du Mardi".

 Elle anime en métropole DOM et TOM le principal bureau de diffusion des offres d'emplois (carrière et saison).
Ses membres bénéficient toute l'année d'une assistance défense  par des professionnels - juristes

La Fédération des Maîtres Nageurs Sauveteurs s'engage avec vous

 

 

 
LA LETTRE DU MARDI n° 320 A et P du 21.5.2024

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 – 05 57 19 18 60 —  mail :  Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

-------------------------------------

La Lettre du Mardi n° 320 A et P du 21 mai 2024

expédiée le 21 mai 2024

--------------------

Les saisonniers vont-ils être chassés du chômage ?

Vont-ils se retrouver en situation de plus en plus précaires donc de plus en plus rares ?

De nouvelles règles en vue pour indemniser les chômeurs ont été annoncées et sont en train d’être écrites par le gouvernement pour diminuer artificiellement le nombre de chômeurs.

La période de cotisation minimum était de 6 mois sur 24 mois. Elle va être augmentée, mais ne va-t-elle pas éliminer presque tous les saisonniers, s’il faut faire au minimum  deux saisons supérieures à un total de 6 mois ?

---------------------

Noyade mortelle en septembre 2022 dans une piscine familiale dans le Jura

Tribunal Correctionnel de Lons-le-Saunier ce 14 mai 2024

Un bébé de 19 mois meurt noyé, son père relaxé

"Il n’a jamais respecté les consignes de sécurité concernant la piscine" :

L’enfant a échappé à la surveillance des adultes présents

            Il a été tranché qu’il n’était pas responsable de la mort du petit Noah. "L’enfant se trouvait sous la surveillance effective d’une tierce personne et non pas de son père", a dit la justice estimant que le trentenaire n’avait commis aucune faute. Le parquet avait requis la relaxe et le tribunal l’a suivi.

Que s’est-il passé au bord du bassin ?

Le jour des faits, le père (34 ans) du petit Noah se trouvait dans une chambre lorsque le drame s’est produit. Plusieurs amis de la famille étaient venus avec leurs enfants pour profiter du soleil autour de la piscine. La personne qui surveillait le bébé de 19 mois dit avoir entendu son propre enfant crier, se serait décidée à aller le voir en demandant au petit Noah de la suivre. Mais ce dernier ne s’est pas exécuté et s’est dirigé vers le bassin.

            Pourtant un dispositif de sécurité était installé autour, mais le prévenu l’avait enlevé pour faciliter les allées et venues. Son ex-femme l’a accusé de n’avoir "jamais respecté les consignes de sécurité concernant la piscine". Partie civile pendant le procès elle a déclaré à l’audience : "Ma famille l’a plusieurs fois rappelé à l’ordre à ce sujet." De son côté, le père de famille s’est dit "anéanti" par ce drame. Il a vendu la maison et n’a jamais pu reprendre le travail depuis.

--------------------------

Remire Montjoly (Guyane) mardi 13 mai 2024 au soir

            Un jeune footballeur de 13 ans est décédé lors d'une séance d'entraînement. Le garçon a fait une crise cardiaque en pleine séance et n'a pas pu être sauvé malgré les efforts des éducateurs présents. La gendarmerie de Matoury mène l'enquête pour tenter de déterminer si la victime avait des antécédents cardiaques.

La question se pose :

ne doit-on pas faire subir un test d’effort aux stagiaires BPJEPS AAN et BNSSA avant de commencer des apnées ?

Cet exercice est simple : ou bien faire nager un 200 mètres crawl au candidat et lui tester à l’arrivée son nombre de pulsations/minute avec un tensiomètre en vente libre, qui ne coûte pas bien cher en vente libre en pharmacie, ou une simple montre.

            Un autre test est aussi possible : faire monter trois étages sans s’arrêter mais à un rythme normal ; un autre : monter une quinzaine de fois sur un tabouret. Un de ces petits exercices permettrait de détecter des candidats qu’il vaudrait mieux diriger vers un cardiologue avant de commencer un stage et les apnées. (Encore faudrait-il prendre rendez-vous plusieurs mois avant chez un cardiologue pour avoir au jour J plusieurs rendez-vous pour plusieurs élèves). L’exercice par précaution aurait lieu avec un appareil de ranimation à oxygène, en toute proximité, capable de ranimer.

-----------------

Rappels :

-- quand un MNS vend une leçon de natation ou d’aquagym, et qu’il est seul avec ses élèves dans le bassin privé ou municipal, il n’est pas classé « baignade d’accès public » et il n’a pas besoin d’un autre surveillant.

            Seule la natation scolaire exige un ou plusieurs enseignants avec un surveillant-sauveteur qui peut être maintenant un BNSSA seul sans dérogation toute l’année.

-- quand un MNS vend des leçons de natation ou des séances d’aquagym dans une piscine familiale, il doit être assuré en Responsabilité Civile Professionnelle (voir notre FMNS)  et afficher ses brevets. Il est soumis à l’arrêté du 14.9.2004 (J.O.13.10.2004) que nous avons diffusé à tous les membres de notre FMNS dans la brochure jaune «Dossiers professionnels» «Réglementation des piscines privés à usage collectif».

            Il est aussi reproduit dans le livre que nous diffusons depuis peu : « Piscines et centres aquatiques : lois - règlementation - jurisprudence pour préparer et travailler avec le BPJEPS-AAN et le BNSSA»  315 pages au prix dérisoire de  35 euros TTC port compris (vente à tous dans et hors de notre FMNS). FIN

 
LA LETTRE DU MARDI n° 319 A et P du 14.5.2024

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail : Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

La Lettre du Mardi de notre FMNS n° 319 A et P du 14 mai 2024

-------------------

ARCACHON :  un prof d’EPS accusé à tort d’attouchements en décembre 2020. La Cour d’Appel de Bordeaux l’a relaxé en février 2024. Le prof et sa famille sont détruits et soignés par des psychiatres.

Les faits : ce prof gronde une élève de son collège car elle s’est mal tenue au moment d’une explication sur le meurtre de Samuel Paty. Quelques jours après, elle accuse le prof de lui avoir «touché les fesses dans le hall». Pourtant aucun témoin. La rumeur se diffuse et d’autres collégiennes racontent que ce prof a des comportements douteux. Pourtant il travaille sans histoire dans ce collège depuis plus de 20 ans. Le directeur du collège est saisi : il ne fait rien pour défendre son prof. Les gendarmes font du zèle: enquête, instruction, perquisition du domicile, expertise par des psychiatres, garde à vue avec les menottes etc... Tout mène le prof devant le tribunal correctionnel où il est condamné à plusieurs mois de prison avec sursis. Il se pourvoit en appel et l’affaire traîne de 2020 à 2024. L’anxiété morbide ronge toute sa famille, qui est soignée par des psychiatres. Enfin en février 2024, la Cour d’appel a relaxé ce prof qui entre temps est à la retraite. Personne ne s’est excusé... Dommage que ce prof n’ait pas déposé plainte contre cette élève.

Le syndicat SNEP-FSU explique que ces affaires deviennent de plus en plus fréquentes et cite le cas d’un prof d’EPS en piscine lors d’une séance de monopalme : il a crié «sortez les fesses». Il a été  suspendu pendant des mois avant que la parente, membre du conseil des parents d’élèves qui l’avait dénoncé, soit exclue.

Notre FMNS rappelle aux MNS et aux BNSSA une consigne du ministère de l’Education Nationale : «ne pas rester seuls, la porte fermée, quand on fait une remontrance» : pour nous, MNS et BNSSA «ne pas rester seuls la porte fermée quand on dispense des petits soins dans le poste de secours».

-------------------------

Tunisie le 11 mai 2024 -- Après le drapeau dissimulé, le président de la Fédération Tunisienne de Natation placé en garde à vue

            Une enquête judiciaire a été ouverte après la dissimulation du drapeau tunisien lors du Tunisian Open Master, une compétition de natation. Cette enquête a pour conséquence de placer deux dirigeants tunisiens en garde à vue :

            Le président de la Fédération Tunisienne de Natation (FTN) et le chef de l’agence antidopage sont en garde à vue et une enquête judiciaire a été ouverte après la dissimulation du drapeau tunisien lors d’un événement sportif, a indiqué lundi le porte-parole du parquet de Ben Arous.

            Neuf personnes sont poursuivies dans cette affaire, dont les deux dirigeants placés en garde à vue depuis samedi, et sept autres responsables convoqués lundi au tribunal de Ben Arous, au sud de Tunis, a précisé son porte-parole Mohamed Sadok Jouini.

            Lors du Tunisian Open Master, compétition réunissant une vingtaine de pays, organisée par la FTN à la piscine olympique de Radès, en banlieue sud de la capitale, le drapeau national avait été caché par un tissu rouge, pour se conformer à des sanctions de l’Agence mondiale antidopage (AMA).

            Début mai, l’Agence mondiale antidopage avait annoncé des sanctions contre la Tunisie pour non-conformité au code mondial antidopage, lui interdisant d’accueillir des championnats régionaux, continentaux ou mondiaux.

            Le pays s’est aussi vu interdire de lever son drapeau aux Jeux olympiques et paralympiques qui se tiendront cet été à Paris, jusqu’à sa réintégration par l’AMA.

« La Tunisie vient avant le Comité olympique »

L’enquête contre les responsables sportifs a été ouverte pour « atteinte au drapeau de la Tunisie », « formation d’une bande (organisée) pour commettre des agressions et provoquer le désordre » ainsi que pour « complot contre la sûreté intérieure » de l’État, selon M. Jouini.

-----------------------

Délai de préavis et chômage

après une démission pendant la période d’essai

            Si vous mettez fin volontairement à votre période d’essai, cela s’apparente à une démission. En conséquence, vous n’aurez pas droit à l’allocation chômage. Cependant, il existe des exceptions. Par exemple, si vous retrouvez directement un emploi après un licenciement, une rupture conventionnelle ou la fin d’un CDD, mais décidez d’en partir en cours de période d’essai avant que 65 jours de travail ne se soient écoulés, vous pourriez prétendre à l’indemnisation1. Assurez-vous de vérifier les conditions spécifiques auprès de France Travail (ex Pôle Emploi) pour savoir si votre situation est éligible à l’indemnisation2.

            En résumé, la rupture de la période d’essai par le salarié est considérée comme une démission, et dans la plupart des cas, cela exclut le droit à l’allocation chômage. Cependant, certaines situations spécifiques peuvent permettre de bénéficier de l’indemnisation. N’hésitez pas à consulter les informations officielles pour obtenir des détails précis sur votre cas

--------------------

            Le délai de prévenance est le temps que l’employeur ou le salarié doit respecter avant de rompre une période d’essai. Voici les principaux points à retenir concernant le délai de prévenance pour la rupture d’une période d’essai en France :

Durée de la période d’essai : La durée du délai de prévenance dépend de la durée de la période d’essai prévue au contrat. Jusqu’en septembre 2023, la loi autorisait des périodes d’essai plus longues que celles prévues par le Code du travail, mais cette dérogation a été supprimée. Désormais, pour tous les CDI conclus depuis le 10 septembre 2023, aucune durée de période d’essai plus longue que la durée légale ne peut s’appliquer.

Délai de prévenance pour l’employeur :

Si vous, en tant qu’employeur, décidez de rompre la période d’essai, vous devez respecter un délai légal ou conventionnel de prévenance. Ce délai est applicable si le contrat de travail mentionne une période d’essai d’au moins 1 semaine.

Le délai de prévenance est le même, que le salarié soit en contrat à durée indéterminée (CDI) ou en contrat à durée déterminée (CDD).

Calcul du délai de prévenance :

            Si vous êtes dans l’entreprise depuis moins de 8 jours, l’employeur doit vous prévenir 24 heures avant votre départ.

            Si vous êtes dans l’entreprise depuis plus de 8 jours, le délai de prévenance est de 48 heures avant votre départ FIN
 
LA LETTRE DU MARDI n° 318 A et P du 7.5.2024

FEDERATION DES MAITRES NAGEURS SAUVETEURS

Bureau central : 11 rue Henri Barbusse 33110 LE BOUSCAT

Tél : 05 24 61 44 81 —  mail :  c Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir

 

La Lettre du Mardi de notre FMNS n° 318 A et P du 7 mai 2024

-----------------------------------

Rappel : le reçu fiscal de cotisation syndicale, qui permet d’avoir 66% de remise fiscale sur l’impot (et non sur l’assiette) ou un remboursement de 66 %, pour ceux qu ne paient pas d’impot, a été envoyé à tous nos adhérents dans la revue mensuelle Enseigner et Sauver d’avril n°394 support papier sur feuille jaune citron pour bien le voir

--------------------------------

La date limite de dépôt des déclarations de revenus 2023 (version papier) est fixée au

MARDI 21 MAI 2024 à minuit, quel que soit le lieu de résidence (y compris pour les résidents français à l'étranger), le cachet de La Poste faisant foi.

Si vous déclarez en ligne, vous bénéficiez de délais supplémentaires. Les dates limites sont fixées selon votre département (adresse du domicile au 1er janvier 2024) :

23 mai 2024 à 23h59 : départements 01 à 19 et non-résidents ;

30 mai 2024 à 23h59 : départements 20 à 54 ;

6 juin 2024 à 23h59 : départements 55 à 976.

-------------------------------

Accident hors FMNS - Aucun de ces MNS n’est assuré auprès de notre FMNS --

-- Reportage Laura Alliche de «L’Echo Républicain»

Centre aquatique L'Iliade, à Auneau (Eure-et-Loir) le mercredi 10 avril 2024

Une fillette de 11 ans sauvée de la noyade.

Une plainte est déposée par sa mère :

" le MNS qui dispensait le cours ne l’a pas vue se noyer".

            Une fillette a été, selon sa mère, "retrouvée inanimée au fond de l’eau" durant son cours de natation.        "Le nageur qui a sorti ma fille de l’eau m’a dit qu’elle était inanimée, comme une tortue, à plat ventre, au fond de l’eau."

Plusieurs jours après, Débora Konarski, la maman de la fillette, relate les faits avec émotion. "Toujours en avance à son cours de piscine", ce mercredi, la fillette de 11 ans arrive, selon sa mère, "vers 14 heures", à L’Iliade, gérée en DSP par la société Vert Marine.

            "C’est pendant son cours de piscine qu’elle a commencé à se noyer, mais le maître-nageur qui dispense le cours ne l’a pas vue. Elle a été sauvée par un nageur lambda qui faisait des longueurs à proximité", poursuit Débora Konarski, auxiliaire de vie et habitante d’Auneau.

"Retrouvée inanimée"

"La piscine a laissé un message sur mon répondeur me disant “Votre fille a eu un petit malaise, mais tout va bien”, mais on ne m’a pas tout dit", estime-t-elle.

Une fois sur place, "vers 18 h 35, je n’avais pas tous les éléments : je ne savais pas que ma fille avait eu besoin de bouche-à-bouche parce qu’elle avait été retrouvée inanimée".

                        Vers 20 heures, alors que la mère de famille est rentrée chez elle "pour recharger sa voiture" afin de rejoindre sa fille "transportée à l’hôpital de Chartres", elle explique recevoir un appel d’une personne "qui s’est dit être le maître-nageur".

            "Il m’a dit qu’il lui avait fait du bouche-à-bouche, qu’elle avait vomi du sang, mais que, de toute façon, il n’aurait pas pu faire plus vite pour la secourir."

            D’après Débora Konarski, le rapport que le centre aquatique lui a transmis stipule que sa fille a passé "une minute en immersion, sous l’eau". "Mais ils n’en savent rien puisque ce ne sont pas eux qui l’ont vue, ils ne savent pas à quel moment elle a commencé à être sous l’eau", déplore-t-elle.

"Mise sous oxygène" :

Selon sa maman, la fillette est transportée à l’hôpital de Chartres "avant d’être rapidement retransférée et admise, vers minuit, à l’hôpital Armand-Trousseau, à Paris". Après trois jours d’hospitalisation, elle est de nouveau transférée à l’hôpital de Chartres, le samedi 13 avril. "J’ai pu la récupérer le dimanche, sortie d’affaire, mais il y a quand même des conséquences."

Une plainte déposée

Selon Débora Konarski, sa fille présente "des séquelles psychologiques. Je vais devoir la faire suivre psychologiquement parce qu’elle ne voulait plus du tout rester toute seule par peur, par exemple". La mère de famille dit avoir porté plainte "le samedi 13 avril" à la gendarmerie d’Auneau, ce que confirmait, ce vendredi 26 avril, la gendarmerie.

            De son côté, Pierre Schmitt, directeur national d’exploitation au sein de la société Vert Marine, en charge de la structure aquatique eurélienne, précise : "Quand il y a une situation de la sorte, il y a une analyse de l’accident, mais, visiblement, la mère a porté plainte, donc nous réservons nos déclarations aux organismes compétents et aux autorités qui nous interrogent. Nous ne souhaitons ni polémiquer, ni évoquer quoi que ce soit dans la presse à ce stade."

            Réaction. Si le marché de délégation de service public avait été attribué à Vert Marine en 2019, la structure est tout de même sous compétence intercommunale. Pascal Vincent, directeur de cabinet de Stéphane Lemoine, président de la communauté de communes des Portes euréliennes d’Île-de-France, déclare : "Le président a adressé, après l’incident, un courrier à la maman pour s’inquiéter de la santé de sa fille, avec un mot de réconfort. Sur le reste, nous n’avons aucune information directe, même s’il y a naturellement un échange entre nos services et Vert Marine."

Note FMNS : cet accident ayant lieu avec des MNS non assurés à notre FMNS, nous n’avons eu aucun rapport d’accident et notre FMNS n’est donc chargée de défendre personne. Nous n’avons donc  reçu aucun rapport de noyade. Nous nous limitons à reproduire un article de la presse locale.

Toutefois une évidence : la séance a eu lieu le mercredi, donc hors scolaire.

Si cette enfant a évolué sans la présence très proche d’un MNS, elle a tenté, ce que nous dénonçons avec «l’Aisance Aquatique» :  refaire un exercice, sans bouée et sans MNS. La peur de l’eau pour un enfant qui ne sait pas nager est SALUTAIRE. Elle doit être dissipée PROGRESSIVEMENT PENDANT la période d’apprentissage et non avant avec «l’Aisance Aquatique» SANS SAVOIR NAGER.

Nous rappelons que notre FMNS est à même d’assurer un MNS, BEESAN, BPJEPS-AAN ou un BNSSA DANS LA JOURNEE après cotisation et paiement et retour d’attestation d’assurance par mails. Le paiement peut être étalé sur trois mois par chèque -- FIN

 
<< Début < Précédente 1 2 3 4 5 6 7 Suivante > Fin >>

Résultats 1 - 4 sur 26
 
Qui est en ligne